La Grèce ferme brutalement les chaînes de la télévision publique

Mardi 11 juin, vers 23 heures, les chaînes de la télévision publique en Grèce (ERT) ont cessé d’émettre et les écrans sont devenus noirs, la police ayant fermé le principal émetteur situé près d’Athènes.

Par cette décision brusque et brutale, le gouvernement grec a  immédiatement mis en application la fermeture des chaînes de la télévision publique, engageant ainsi une épreuve de force inédite avec les syndicats, sous la pression de ses bailleurs de fonds internationaux.

Selon l’agence AFP, la réaction des partis de la coalition gouvernementale, dirigée par le Premier ministre conservateur Antonis Samaras, a été immédiate: deux des trois partis de la coalition ont désapprouvé la fermeture et ont annoncé qu’ils ne voteraient pas cette mesure, lorsque le décret sera présenté au Parlement pour validation.

Le porte-parole du gouvernement a annoncé, mardi après-midi, que  “la diffusion d’ERT s’arrêtera après la fin des programmes ce soir”, en assurant que ce service public, où les grèves se multipliaient ces derniers mois pour s’opposer aux plans de restructuration, rouvrirait sous une autre forme, avec un nombre réduit de salariés. Tous les salariés actuels d’ERT, au nombre de 2 656, recevront une compensation et seront autorisés à postuler à nouveau à un emploi dans la nouvelle structure, a-t-il assuré.

ERT appartient aux multiples organismes d’État qui devaient être restructurés ou fusionnés en vertu du protocole d’accord signé entre la Grèce et ses bailleurs de fonds.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here