Spéculations sur «l’absentéisme» de Mohamed VI

Ayant passé 19 jours en France, suivis de 13 jours aux Emirats Arabes unis, le roi du Maroc est depuis le 10 mai en déplacement privé sans que personne ne sache où il se trouve,  ni  la date de son retour au pays.

En l’absence de communiqués officiels émanant du Palais, le tout-Rabat spécule sur les motivations réelles de ces absences répétées : s’agit-il de maladie? Le souverain chérifien a-t-il séjourné en France pour recevoir des soins médicaux? Le mystère est total, constate le mensuel  le Courrier International.

Problème… Conformément à la Constitution concoctée sur mesure, le roi porte une double casquette : il règne et gouverne. Spirituellement, il est l’émir des Croyants. Politiquement, il est chef de l’Etat et de l’état-major des armées, il préside également le Conseil suprême de la magistrature et le Conseil des ministres.

A titre d’exemple, même  en Arabie Saoudite, régime féodal et théocratique, le roi annonce officiellement ses déplacements, y compris ses voyages privés, et délègue ses pouvoirs, alors que rien ne l’y oblige.

Détenteur de tous les pouvoirs, arbitre du jeu politique, omniprésent dans la vie quotidienne de ses sujets, l’absentéisme du monarque pose aujourd’hui un réel problème constitutionnel, politique et moral d’autant plus que la Constitution marocaine est silencieuse sur le problème de l’intérim en l’absence du roi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here