Protestation dans la ville de Kasserine suite aux explosions de mines sur Jebel Chaambi

Une vague de colère a éclaté, jeudi 6 juin, dans la ville de Kasserine, à cause de la poursuite des explosions dans la zone de la montagne Chaambi, avec deux marches pacifiques qui ont parcouru les rues de la ville.

  Une première marche a démarré devant l’hôpital régional de Kasserine, en direction de la montagne Chaambi. Elle a été menée par des jeunes de la région et des composantes de la société civile, pour « incendier la montagne« , mais les unités de l’armée les ont dissuadés.

   La deuxième marche pacifique a commencé dans le centre-ville et a parcouru les avenues principales, avant de passer devant la caserne militaire et de s’arrêter devant l’hôpital régional.

   Cette marche a été organisée par les parents de l’adjudant-chef Mokhtar Mbarki, tué lundi dernier par des coups de feu tirés par erreur par ses collègues.

   Les manifestants ont scandé des slogans dénonçant la poursuite des explosions et les troubles sur le Mont Chaambi, tout en considérant que ce qui se passe « est une pièce de théâtre » et en appelant à la nécessité de dévoiler les circonstances de ces actes, dans les meilleurs délais et d’arrêter ce qu’ils considèrent comme « un feuilleton de la mort qui menace leurs enfants à tous les moments ».

   Ils ont également appelé à la tenue d’une séance plénière extraordinaire au sein de l’Assemblée nationale constituante afin d’examiner la situation du Mont Chaambi qui, selon eux, marque « un dangereux tournant » dans le  pays.

   Par ailleurs, les famille et proches du caporal chef Lazhar khadhraoui, originaire de la délégation d’El Ayoun (gouvernorat de Kasserine), qui est décédé jeudi matin, lors de l’explosion d’une mine dans le village de Doghra au sur le Mont Chaambi, « ont exprimé leur colère et leur profonde tristesse à la suite des récents événements sanglants »

  Ils ont mis l’accent sur « la nécessité de dévoiler l’identité des criminels » et « d’arrêter immédiatement cette hémorragie qui commence à s’étendre dans les zones urbaines de la région ».

  A noter que les habitants de Kasserine sont en proie à la colère et à la terreur, surtout ceux des zones de Henchir Ouled Lassoued, dans le village de Doghra, lieu de l’explosion d’une mine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here