Le Front populaire s’organise et se situe dans une ligne opposée à l’ANC et au gouvernement

Dans une conférence de presse tenue ce matin, les leaders du Front populaire ont exposé les résultats de leur congrès national organisé les 2 et 3 juin à Sousse.

Lors des travaux et délibérations de Sousse, quelque 260 congressistes indépendants et membres des 11 partis politiques formant le front s’étaient organisés en 3 ateliers : un premier pour l’élaboration de la ligne politique du mouvement, un deuxième pour le programme économique et social et un autre pour la structuration et le règlement interne.

« Les discussions ont été riches et même plus aisés qu’au sein d’un même parti », a assuré Hamma Hammami qui a également exposé les positions du Front populaire par rapport aux dernières évolutions du paysage politique du pays. Il a de ce fait rappelé son opposition « aux penchants ultralibéraux de la Troika » et annoncé son retrait du dialogue national «  infructueux ».

Il a également fustigé le projet de la Constitution, un projet qu’il considère comme «  liberticide et nahdhaoui ». L’enjeu de la Constitution n’est, selon lui, pas lié à la religion, mais il s’agit «  plutôt d’une bataille de droits et de libertés  que le mouvement Ennahdha veut emporter en faisant avorter la révolution tunisienne ». Ainsi, il a appelé les Tunisiens à protester devant le siège de l’Assemblée nationale constituante durant les séances plénières qui seront bientôt consacrées au projet de la Constitution.

Le leader du Front populaire a également mis en garde contre la montée de la violence et du terrorisme, tout en rappelant la condition sine qua non de la stabilisation de toutes les turbulences : la vérité sur l’assassinat de Chokri Belaïd.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here