Donner des conseils au boulot : inutile !

Pour être un ‘’ bon ‘’ leader faut-il donner des conseils ou plutôt des rétroactions constructives ?

Faire des critiques en utilisant des expressions agréables, douces en y mettant un ton de conseil ‘’ devrait, aurait, essayer ‘’ détourne une rétroaction constructive en un conseil, ce qui complique les choses : l’interlocuteur serait plutôt enclin à être sur la défensive et même dans la direction opposée, plutôt que d’être performant.

Mais pourquoi cet effet en particulier ? Leadership IQ, nous révèle, dans une étude réalisée, qu’il existe de bonnes réponses pour ne pas donner des conseils au travail.

De bons conseils, on en veut bien quand on les demande mais des conseils non sollicités renverraient à un message ‘’ non dit’’ et qui pourrait être pris comme une critique virulente. Ce qu’entendrait l’employer ne serait pas une formule gentille mais plutôt “Vous n’êtes évidemment pas aussi expérimenté que moi, parce que si vous l’étiez, vous auriez déjà compris ce que je vous dis’’, même si ce message ne serait pas intentionnel.

Donner continuellement des conseils non demandés, une chance significative qu’en riposte les autres vont faire de même et donc pointer vos défauts, en termes non équivoques.

Donner des  conseils, également , voudrait dire, en substance, que vous êtes en train de dicter ce qu’il doit ou ce qu’il ne doit pas faire, ce qui implique que vous  êtes en mesure d’avoir toutes les réponses sur ce qui fonctionne ou ne fonctionne pas, mais est-ce possible ? En réalité, non, car vous n’avez certainement pas toutes les informations de fond sur la situation,  vous méconnaissez les émotions de l’interlocuteur ou ses motivations. Il n’y aurait, selon le rapport de Leadership IQ, absolument aucune valeur constructive dans des déclarations comme: «Eh bien, si c’était moi, je le ferais …”, l’autre partie au lieu d’être à l’écoute serait plutôt à l’alerte rouge.

Coincé déjà sur le dialogue, il serait difficile de permettre à l’employer de vous fournir plus de faits sur la situation.

Quand vous donnez des conseils, c’est comme si vous offriez à l’autre partie deux choix seulement : prendre en considération l’avis ou tout simplement l’ignorer. Dans les deux cas, la situation ressemblerait plutôt à la «chasse aux sorcières» : Si votre conseil est pris en compte, cela signifie tacitement que l’autre personne doit admettre que vous avez raison et qu’elle a tort, ce qui vous donne automatiquement plus de crédit sur l’intelligence, un scénario non dépourvu de danger car il créerait une attitude défensive. Deuxième scénario : l’avis pourrait bien être ignoré également auquel s’ensuivrait la possibilité de dire ultérieurement ‘’ je vous l’avais bien dit’’ entraînant le même effet : défensive et blocage dans la rétroaction.

En gros, selon Leadership IQ, la plupart des conseils sont non sollicités (et sont même donnés pour montrer notre degré d’intelligence).Cela signifierait  que l’autre partie n’a pas demandé à être jugée, corrigée, ou dirigée. Quand vous prenez quelqu’un au dépourvu et que vous l’assommiez avec des conseils; il n’y a pratiquement aucune chance qu’il soit dans un état émotionnel ouvert pour entendre ce que vous dites.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here