Tozeur : la précarité du secteur de l’artisanat entrave l’investissement

L’investissement dans le secteur de l’artisanat, dans le gouvernorat de Tozeur, demeure limité, malgré les résultats positifs de la campagne de  sensibilisation régionale sur l’investissement dans ce domaine.

Cette campagne  a été organisée du 9 au 23 mai  avec la participation de différentes parties concernées, dont un grand nombre de diplômés des arts et métiers.

De nombreux promoteurs dans le domaine de l’artisanat ont présenté des dossiers pour la création ou l’extension de leurs projets ou encore pour proposer de nouvelles idées de projets dans ce domaine.

Le commissaire régional à l’artisanat, Mohamed Sediki, a expliqué, mercredi 29 mai, que « la plupart des artisans travaillent chez eux, en l’absence d’une culture entrepreneuriale ». Le secteur de l’artisanat à Tozeur compte plus de 9 mille artisans actifs dans de petites entreprises.

« L’absence de nouveaux encouragements et incitations expliquent le refus des diplômés de l’enseignement supérieur de s’investir dans ce domaine« , a-t-il encore dit.

Il a aussi évoqué le manque d’encadrement technique, d’espaces d’exposition dans la région, l’éloignement des grands points de commercialisation, les coûts élevés et la précarité du secteur comme facteurs qui expliquent la faiblesse des investissements dans l’artisanat dans le gouvernorat de Tozeur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here