La Fondation Bill Gates parviendra-t-elle à éradiquer le paludisme ?

Le paludisme, ce fléau le plus meurtrier au monde, notamment en Afrique, sera-t-il vaincu par un vaccin ?

Depuis cinq décennies, des chercheurs du monde entier tentent de relever le défi, d’autant plus ambitieux que le parasite responsable, le plasmodium, est d’une complexité redoutable.

Parmi la soixantaine de vaccins en développement, un seul pourrait aboutir à court terme : le « RTS, S » développé par le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK), en partenariat avec la puissante Fondation Bill et Melinda Gates.

Testé chez plus de 15 000 enfants africains, il pourrait être commercialisé dès 2015. Mais cette approche dans laquelle la Fondation Gates et GSK ont investi respectivement 200 et 300 millions de dollars, est-elle pertinente ou les dés sont-ils pipés, comme le suggèrent d’autres équipes qui travaillent sur des stratégies concurrentes ?

Des villages du Burkina Faso où sont conduits les essais cliniques aux grand-messes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à Genève, ce documentaire didactique et très complet plonge au cœur des principaux projets de vaccins antipaludiques et, au-delà, interroge sur le « système Gates ». A travers sa Fondation, l’ancien dirigeant de Microsoft, reconverti en philanthrope, est le deuxième contributeur aux programmes de l’OMS après le gouvernement américain, relève un expert, persuadé que cette place lui permet d’orienter les priorités de l’organisation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here