L’armée syrienne remporte des points à Qousseir

Alors que les renforts de la Garde républicaine syrienne, épaulée par le Hezbollah, ont été dépêchés pour prendre le dernier carré aux mains des rebelles, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU s’est réuni mercredi 29 mai pour enquêter sur la situation à Qousseir

 Entre-temps, Moscou a estimé que la levée par l’Union Européenne de l’embargo sur les livraisons d’armes aux rebelles syriens posait « de sérieux obstacles » à la conférence internationale de paix, baptisée « Genève-2 », qu’elle prépare pour juin avec les Etats-Unis.

Qousseir contrôlée à 80% par l’armée

D’autre part, à Genève, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU a commencé à se pencher sur un projet de résolution non contraignante condamnant l’intervention de « combattants étrangers » à Qousseir, en allusion au Hezbollah, fer de lance de l’assaut lancé le 19 mai contre la cité désormais contrôlée à 80% par l’armée.

Le Haut-Commissaire aux droits de l’Homme a estimé que « le nombre croissant de soldats étrangers qui traversent la frontière de part et d’autre ne fait qu’encourager la violence confessionnelle ».

Militairement, selon l’agence AFP, une prise totale de Qousseir,  à la frontière de régions libanaises fiefs du Hezbollah, constituerait un grand avantage pour le pouvoir avant la conférence internationale

Le contrôle de cette ville est essentiel pour la rébellion, car elle se trouve sur le principal point de passage des combattants et des armes en provenance et en direction du Liban. Et aussi pour le régime car la cité est située sur la route reliant Damas au littoral, sa base arrière.

Les S-300 livrés à Damas

Moscou a justifié les livraisons prévues de systèmes sol-air sophistiqués S-300 à Damas en estimant que ces missiles visaient à dissuader toute velléité d’intervention de troupes étrangères dans le conflit.

De plus, la décision de l’Union européenne de lever l’embargo sur les armes à l’opposition armée, a accentué les divisions internationales, les Russes la dénonçant et les Américains la soutenant. Les 27 ont cependant convenu de ne pas livrer d’armes aux rebelles dans l’immédiat pour ne pas nuire aux efforts visant à réunir la conférence internationale de paix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here