Engagement au travail et performance : réciproques ?

Leaders tenez-vous bien, les employés les plus engagés au travail ne sont pas pour autant les plus productifs ! C’est ce qu’a révélé une étude faite par leadership IQ, un cabinet conseil d’Atlanta aux Etats-Unis.

Les plus performants sont les moins engagés et les plus engagés sont les moins performants, surprenant rapport. Ceux qui ne s’adonnent pas à 100%  à leur travail et n’exploitent pas leur potentiel sont ceux qui, une fois mis dans le bain, transpirant et se donnant au maximum, réalisent pourtant les meilleures performances ! Problème : les performants n’atteignent pas leur plein potentiel. Par contre, les plus engagés ont reçu, selon l’étude, les plus faibles scores de performance, affichant pourtant une volonté d’être motivés à donner leur 100%. Cela n’a non seulement pas d’impact sur la productivité de l’entreprise, mais également sur son image. Car les bons éléments, en se montrant moins enthousiastes par rapport à leur milieu de travail, pourraient indirectement affaiblir les relations clients et empêcher l’entreprise d’attirer des gens compétents pour constituer son pool de talents ! Encore surprenant, les éléments moins performants sont ceux qui recommandent leur entreprise comme étant ‘’ l’endroit idéal pour travailler, même si je ne fais pas beaucoup par ici ’’. Mais pourquoi cette asymétrie ?

En effet, les bons éléments qui pourraient faire la différence, quant aux résultats de l’entreprise, ne se sentent pas considérés à leur juste valeur et leurs efforts ne sont pas reconnus, surtout que ce sont eux qui se trouvent à ‘’ corriger les erreurs faites par les moins performants’’. Ce manque de gratification conduit à l’insatisfaction, malgré les hautes performances largement considérées comme ‘’ un travail attendu ‘’. Ce qui aggrave le sentiment de frustration est que les éléments moins bons  ne le savent même pas ! Ils ne sont pas tenus également responsables de leurs faibles résultats et reçoivent même  des encouragements de leurs supérieurs contrairement aux performants qui n’en reçoivent pas du tout ou peu.

Comment recréer l’équilibre ?

Tous les dirigeants veulent travailler avec des employés hautement performants. Ceux-là sont dotés de qualités nombreuses : sens de la logique, indépendance, autonomie d’action et de réaction. Avoir des éléments pareils et les garder est une autre paire de manches.

‘’ Si vos meilleurs employés ne sont pas en train de crier sur les toits que votre entreprise est le meilleur endroit qui soit pour y travailler ‘’ c’est qu’il y a un problème quelque part ‘’ et qu’ils sont probablement en train de chercher ailleurs’’. En effet, un vrai leader doit découvrir et répondre aux facteurs qui pourraient pousser ‘’ les bons ‘’ à exploiter leur potentiel au maximum. Il doit être capable également d’entamer des actions qui responsabilisent mentalement et émotionnellement ses employés. La responsabilisation envoie un message positif aux plus performants et aux moins performants en les mettant devant la nécessité de s’améliorer.

Pour ce faire, une technique appelée ‘’ bousculades et remorqueurs’’ permet, en établissant une conversation avec chaque salariés, une fois par mois, de deviner les éléments motivants et démotivants des employés  au moyen de questions ciblées sur les moments où l’employé a lâché ou au contraire a pu se donner à fond.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here