Encore une fois Ennahdha se dérobe à ses engagements

Le mouvement Ennahdha n’a eu aucune hésitation à renier les accords trouvés lors du dialogue national de Dar Dhiafa de Carthage, suscitant le mécontentement de certains députés de l’opposition et de l’organisation syndicale.

Sur sa page Facebook,  le député et juriste Fadhel Moussa, du parti Al Massar, a posté dans la nuit du jeudi à vendredi  un long message  qui exprime toute sa déception de la tournure  actuelle des choses.   «  Aboutissement ce soir du travail de la commission de coordination et de la rédaction de la Constitution dans une ambiance malheureusement pas du tout sereine et plutôt très agitée…On était loin d’une conclusion annonciatrice d’un consensus et augurant une adoption consensuelle assurée aux 2/3, ce qu’on espérait et qu’on souhaitait ardemment…à laquelle je n’ai cessé d’œuvrer jusqu’au bout c’est à dire jusqu’à ce soir…Les engagements prévus dans le document du dialogue national des partis, dont les trois partis de la troïka.. de Dar Dhiafa de Carthage n’ont pas été respectés par Ennahdha…concernant notamment la liberté de conscience, la clause générale de restriction par la loi des droits et libertés, le droit de grève et le droit syndical… On s’attendait à leur consécration dans le projet et on a eu droit à des formules qui ne concordent pas avec ce qui a été conclu….», lit-on dans ce message.

Contacté par l’Economiste maghrébin Fadhel Moussa, a souligné que le parti Ennahdha a proposé des formules différentes à celles qui ont été objet de consensus lors du dialogue national, sous prétexte de vouloir prendre en considération les avis des petites formations qui n’ont pas participé au dialogue national. Des formules qui vident les accords conclus de leur substance  et qui menacent vivement les libertés et les droits fondamentaux.

Des pratiques qui confirment le double jeu politique auquel le Mouvement Ennahdha s’est livré depuis son ascension au pouvoir.

Fadhel Moussa estime toutefois  qu’il  reste encore une petite marge de manœuvre avant la plénière : « Il faut se mobiliser pour défendre notre Constitution. Nous veillerons ensemble au grain et défendrons la Constitution consensuelle que nous voulons, une Constitution axée sur un Etat démocratique fondé sur la citoyenneté, la volonté du peuple et la primauté de la loi, un Etat de droit et des libertés, un Etat ancré dans sa culture et sa civilisation trois fois millénaire, son identité arabo- musulmane et son ouverture sur le monde et les autres cultures et civilisations… »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here