Double attentat meurtrier au Niger

On vient d’apprendre qu’un double attentat à la voiture piégée vient de viser, ce jeudi 23 mai, dans le nord du Niger, un camp militaire et un site du groupe nucléaire français Areva, tuant au moins un kamikaze et faisant treize blessés.

 Il s’agit d’un premier attentat du genre dans l’histoire de ce pays pauvre et sahélien, engagé depuis début 2013 au Mali voisin, aux côtés de troupes françaises et africaines, contre des mouvements djihadistes.

Areva a immédiatement condamné une « attaque terroriste ».

« Peaux rouges »

 « Il y a eu une explosion devant le camp militaire d’Agadez« , a déclaré à l’AFP le ministre de la Défense Mahamadou Karidjo. « L’explosion est due à un véhicule bourré d’explosifs« , a-t-il indiqué. « Les assaillants ont été neutralisés« , a-t-il dit, ajoutant : « Ce sont des peaux rouges », en allusion à des membres des communautés touareg ou arabe.

Environ une demi-heure plus tard, un autre véhicule a explosé sur un site du groupe nucléaire français Areva à Arlit (240 km au nord d’Agadez), une filiale de la compagnie française exploitant l’uranium dans la zone.

Le Niger paye son engagement au Mali

 

Le Niger a subi ces dernières années plusieurs attaques et rapts perpétrés par des groupes islamistes, notamment dans le nord du pays. Sept employés d’Areva et d’un sous-traitant avaient été enlevés le 16 septembre 2010 à Arlit par al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). Quatre Français restent aux mains de leurs ravisseurs. Ils « sont en vie« , a déclaré récemment le président nigérien sur France 24, alors que la guerre au Mali a fait craindre pour la vie des otages français au Sahel. « Mais où sont-ils ? Il est extrêmement difficile de le dire« , avait-il reconnu.

Le Niger est engagé au sein de la force africaine au Mali qui s’est déployée à la suite de l’offensive lancée en janvier par l’armée française. L’opération menée par la France, en appui à l’armée malienne, a permis de reprendre le Nord malien aux groupes liés à al-Qaida qui l’occupaient depuis 2012, y commettant de multiples exactions. Au cours des derniers mois, l’armée nigérienne a renforcé la surveillance de sa longue frontière avec le Mali pour empêcher l’infiltration d’éléments des groupes islamistes venus de ce pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here