Hamma Hammami : « Aucune comparaison n’est admissible entre les manifestations du Front Populaire et les démonstrations de force des groupes salafistes »

Interpellé au sujet du communiqué publié par le ministère de l’Intérieur, le 21 mai, en vertu duquel les organisateurs de manifestations  sont tenus d’informer les autorités centrales ou régionales concernées trois jours au minimum avant la tenue de la manifestation et de faire mention du jour et de l’heure de son déroulement, de son lieu et de son itinéraire ainsi que des banderoles et des drapeaux qui seraient portés, Hamma Hammami, porte-parole du Front Populaire, a déclaré sur Nessma Tv qu’aucune comparaison n’est admissible entre les manifestations du Front Populaire et les démonstrations de force des groupes salafistes qui n’ont aucun respect pour l’Etat, les institutions et  la loi.

« Le Front Populaire est un front démocratique qui appelle au respect des valeurs républicaines et des  libertés et qui respecte l’État de droit et les droits de l’Homme. Une demande d’autorisation pour l’organisation d’un mouvement de protestation, prévu mercredi 22 mai, a été déposée dimanche dernier », a-t-il annoncé.

Hamma Hammami a toutefois  mis en garde contre ce qu’il juge comme menace aux libertés fondamentales : « On a comme le sentiment qu’on est  en  train de  profiter de cette montée de violence et de terrorisme pour imposer des restrictions, au nom de la loi, sur les libertés et les droits fondamentaux », lance-t-il.

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le porte-parole du Front Populaire n’a pas manqué de réitérer l’appel à traiter de la même manière  toutes les formes de violence, y compris celle  des Ligues de protection de la révolution dont l’implication dans des actes de violence a été maintes fois prouvée.

Il a aussi critiqué les sorties médiatiques de certains extrémistes qui se permettent de faire l’éloge du terrorisme et des organisations terroristes.

Pour Hamma Hammami, la lutte contre toutes ces formes de violence doit s’inscrire dans le cadre d’une stratégie globale qui associe la lutte à une réforme profonde de l’appareil sécuritaire pour éviter qu’on n’en revienne aux anciennes pratiques d’oppression qui ont longtemps prévalu dans le pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here