David Cameron s’attaque aux paradis fiscaux

La masse de l’évasion fiscale dans le monde globalisé a pris  une telle ampleur que  même les Etats les plus riches et les plus puissants de ce monde ne peuvent plus ignorer, surtout avec la crise qui a frappé au cœur du monde dit « libre »  et sur le flanc sud de la Vieille Europe.

Selon les données collectées auprès de la Banque mondiale, du Fonds Monétaire International, des Nations unies et des Banques centrales, les actifs financiers de particuliers dissimulés dans des paradis fiscaux atteindraient 17 000 milliards d’euros.

L’économiste James Henry estime que ces conclusions sont probablement sous-évaluées : la vraie somme pourrait selon lui se situer autour de 26 000 milliards d’euros, soit  environ plus de dix fois le PIB annuel de la France (2676 milliards de dollars  en 2010, soit environ 1931 milliards d’euros). Cela équivaut à la richesse annuelle du Japon et des Etats-Unis réunis, et représente donc un vrai « trou noir » de l’économie mondiale…. !

Des Iles Vierges britanniques  aux îles Caïmans ou l’île de Man, beaucoup de paradis fiscaux sont des territoires d’outre-mer britanniques ou  des propriétés de la Couronne britannique. Le Premier ministre, David Cameron, a récemment  blâmé ces régions et a exigé une plus grande coopération dans la lutte contre la fraude fiscale, et  contre l’évasion fiscale transfrontalière pour renforcer  le travail commun avec le gouvernement et les autorités d’enquête.

Comme l’ Associated Press  l’a rapporté récemment, il a  souligné dans une lettre aux dirigeants des régions, les consignes à appliquer, malgré leur droit de fixer des taux d’imposition faibles.

Les règles devraient donc  être réaffirmées et appliquées.

Il a appelé à plus de transparence dans le contrôle des données et la propriété des entreprises.

Beaucoup de zones internationales marquées comme des paradis fiscaux sont des territoires d’outre-mer britanniques ou des régions  qui appartiennent à la Couronne.

Mettre de l’ordre dans sa propre maison… !

Le mois prochain, se tiendra le sommet des huit plus grandes nations industrialisées en Irlande du Nord, et Cameron s’est donné comme  objectif principal de la présidence britannique du G8, l’assèchement des paradis fiscaux.

« A un mois de la tenue du sommet, c’est désormais le moment décisif de mettre notre propre maison en ordre», a écrit Cameron  à l’adresse des dirigeants des Bermudes, des îles Vierges Britanniques, des îles Caïmans, Gibraltar, Montserrat, des îles  des Turcs et Caicos, ainsi que  les propriétés de la Couronne à  Jersey , Guernsey et l’Ile de Man.

Cela devrait inclure  deux questions  décisives: l’échange de données de contrôle et l’identification des véritables propriétaires des entreprises.

Bien qu’il crût qu’un faible taux d’imposition soit un moteur de croissance et de prospérité, Cameron a écrit : « Néanmoins  des impôts peu élevés ne sont supportables que si ce qui est dû est effectivement payé…! »

Etablir des normes internationales… !

Cameron a appelé à la création et au respect de normes mondiales bien déterminées…. Car « cela n’a aucun sens de s’attaquer à l’évasion fiscale dans un pays si le problème est simplement transféré à un autre ».

Le Premier ministre britannique s’est félicité de l’annonce faite par certains  territoires d’outre-mer de la divulgation  volontaire de renseignements fiscaux.

Cependant, il y a encore des progrès à faire en termes de «qualité et de précision ». « Cela signifie que nous devons savoir qui possède et contrôle vraiment chaque entreprise », a déclaré Cameron.

Les rapports des médias début avril avaient causé un grand émoi, après qu’ait été annoncé le chiffre de 130.000 fraudeurs présumés de plus de 170 pays…. !  Un record. Ils auraient conclu des accords secrets avec les sociétés offshore dans les paradis fiscaux.

D’après Der Spiegel (du 20 Mai 2013)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here