La Tunisie prévoit d’accéder au marché financier international

La Tunisie prévoit d’accéder au marché financier international, au cours du deuxième semestre de 2013, avec la garantie des gouvernements américain et japonais, a déclaré le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), Chedly Ayari.

Intervenant au cours d’une conférence de presse organisée jeudi 16 mai à Tunis, M. Ayari a précisé que la Tunisie vient d’obtenir un accord de principe des gouvernements américain et japonais pour une garantie de 800 millions de dinars des Etats Unis d’Amérique et de 400 millions de dinars du Japon. La Tunisie avait obtenu en 2012 la même garantie.

Ces garanties permettront la mobilisation de 1,2 milliard de dinars pour financer le budget, a avancé M. Ayari, ajoutant qu’une visite est prévue dans ses deux pays, prochainement, afin d’accomplir les mesures d’obtention des garanties.

Le gouverneur de la BCT a souligné que cette sortie sur le marché financier « est nécessaire », pour répondre aux besoins de la Tunisie appelée à mobiliser des financements extérieurs de l’ordre de 3 milliards de dollars, soit 5 milliards de dinars pour clôturer le budget de 2013.

Il a rappelé dans le même cadre que les ressources financières proviennent de différentes parties, citant notamment le crédit à titre de précaution du Fonds

Monétaire International (FMI) pour 1,738 milliards de dollars, la Banque Mondiale pour 500 millions de dollars, la Banque Africaine de Développement pour 500 millions de dollars et l’Union Européenne à hauteur de 200 millions d’euros.

Il a affirmé dans le cadre de l’actualité en Tunisie que celle-ci débloquera 150 millions de dollars du crédit du FMI, en juin 2013, suivi d’un deuxième de 600 millions de dollars, au cours de la période qui s’étend de juin à décembre 2013. « Il serait préférable de ne pas débloquer ces ressources avant la fin de 2013 », a-t-il ajouté.

Au sujet de la stratégie de financement qui sera adoptée au cours de l’année prochaine, le gouverneur de la BCT a indiqué que « la vision n’est pas claire », appelant à la nécessité d’engager dès maintenant une réflexion sur cette question ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here