L’INS publie ses statistiques du premier trimestre 2013

L’INS (Institut National de Statistiques) a organisé, aujourd’hui 16/05/2013, une conférence de presse pour présenter les résultats d’une étude effectuée par l’INS et la BM (Banque Mondiale) sur la dynamique des entreprises.

L’étude affiche une distribution disproportionnée des entreprises, tenant compte de leur taille. En effet, cette distribution entre 1996 et 2010, montre que les entreprises unipersonnelles représentent 83.78% des entreprises totales pour 28.5% de la population active, contre 0.38% d’entreprises employant 100 personnes ou plus pour 36% de la population active.

La création d’entreprises revêt une importance capitale dans l’employabilité, car le secteur privé est le premier pourvoyeur d’emploi. En 2010, 52 347 entreprises ont été crées, alors que 32 385 ont disparu, accumulant un pourcentage sur cinq ans (de 2006 à 2010) de 55%. La création d’emploi est restée, jusque là, tributaire de  la taille l’âge de l’entreprise (l’offre d’emploi se concentre dans les entreprises n’ayant pas dépassé quatre ans), toutefois, les jeunes entreprises, bien que croissant plus rapidement sont plus susceptibles de disparaître.

En général, le paysage entrepreneurial montre des lacunes qui entravent l’emploi : les jeunes entreprises ne croissent pas; il existerait notamment une faible relation entre la rentabilité de l’entreprise et la création d’emploi. C’est pourquoi il faudrait, selon les conclusions tirées par l’INS, sous forme de recommandations urgentes, encourager les entreprises dont l’employabilité et la productivité sont élevées, les grandes entreprises et surveiller leur croissance, minimiser les différences entre les entreprises totalement exportatrices et les autres entreprises en termes d’encouragements, impôts et aides à l’investissement, ainsi que renforcer  la lutte contre la corruption et établir un nouveau management de l’administration.

Une ‘’ légère ‘’ aggravation du déficit commercial

Le commerce extérieur du premier trimestre de 2013, selon les chiffres fournis par l’INS, est en  évolution positive, montrant une augmentation des exportations de 9.9% contre 6% en 2012- une augmentation due  à un progrès des exportations du secteur des produits agricoles et alimentaires ( 26.1% :  l’huile d’olive y ayant contribué à hauteur de 399.7MD)- , le secteur du phosphate avec 16.4%, malgré une baisse du secteur des mines de -19.3% expliquée sur le rapport de l’INS par une faible productivité de l’industrie des phosphates. L’augmentation des exportations serait alors expliquée selon les responsables de l’INS par  la politique du gouvernement les favorisant.

Les importations ont montré également des pourcentages  inférieurs aux exportations (80% contre 13.1% en 2012). Et, les échanges commerciaux avec l’extérieur ont enregistré un total de 9459.1 MD à l’exportation et 12871.4 à l’importation ce qui a  entraîné, selon le rapport de l’INS, une ‘’ légère ‘’  aggravation du déficit commercial de 3421MD contre 33160MD en 2012.

Les taux d’importations/exportations se sontaméliorés  aussi pour les entreprises totalement à l’export réalisant ainsi 6.1% d’exportations contre 2.5 en 2012 ( premier trimestre de 2012).

Le taux de chômage semble, aussi, se rétrécir comparant les deux premiers trimestres des années consécutives 2012/2013. Pour 2012, le taux affiche un pourcentage de 14.9% pour les hommes et 26.6% pour  les femmes contre des taux de 13.9% et 23.3% respectivement en 2013, soit une régression de 18.1% en 2012 à 16.5 en 2013. Cependant, les statistiques ne distinguent pas s’il s’agit de recrutements dans la fonction publique ou dans le secteur privé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here