Alerte : nos forêts risquent de se transformer en refuge pour terroristes

Le président du centre de réflexion stratégique pour le développement du Nord-Ouest, Kamel Ayadi, a mis en garde contre « la transformation des forêts tunisiennes dont notamment celles de la zone du nord-ouest, en un refuge pour les groupes terroristes ».

Il a, à cet égard, appelé le gouvernement « à promouvoir les forêts pour qu’elles soient un atout de développement et d’impulsion de l’investissement privé ».

Intervenant lors d’une conférence de presse, tenue mercredi à Tunis, le responsable a exprimé son inquiétude quant à l’exploitation des forêts tunisiennes par les groupes terroristes, en allusion aux derniers événements sur le mont Chââmbi (gouvernorat de Kasserine).

L’explosion de certaines mines posées par les terroristes dans les forêts ont causé de graves séquelles corporelles à des agents de la Garde et de l’Armée nationales, à rappelé M. Ayadi.

Il a, dans le même contexte, mis l’accent sur l’importance  du rôle joué par les habitants des forêts qui constituent le premier bouclier garant de la sécurité des régions forestières et du pays.

Le responsable a annoncé que le Centre de réflexion stratégique pour le développement du Nord-Ouest projette de coopérer avec les associations actives dans le Nord-Ouest pour organiser «  un festival des forêts », une initiative visant à développer les forêts et à faire en sorte qu’elles soient une source de quiétude et de sécurité et non un abri pour le terrorisme.

Il a évoqué les richesses que recèlent les forêts tunisiennes pouvant contribuer au développement du tourisme écologique et thérapeutique ainsi qu’à la promotion de l’agriculture biologique, exprimant son regret du blocage de certains projets d’investissement dans le domaine forestier, à cause de l’inquiétude de leurs promoteurs quant aux conditions de sécurité dans ces zones.

M. Ayadi a présenté certaines propositions visant à promouvoir les forêts. Il s’agit, a-t-il précisé, de continuer à intégrer les habitants des forêts dans les programmes forestiers en leur permettant d’avoir une source de revenu permanente, outre la dynamisation du rôle des groupements de développement et de la modification de certains articles du code des forêts, à l’effet d’y encourager davantage l’investissement.

Il a appelé à la nécessité d’élaborer une étude exhaustive pour valoriser les produits forestiers et encourager l’investissement privé dans ce domaine, ainsi qu’une étude approfondie sur le schéma de développement dans les zones forestières, avec la mise en œuvre d’une stratégie spécifique à la recherche scientifique sur la valorisation des produits forestiers.

Il convient de signaler que le secteur des forêts contribue à l’emploi direct et indirect à travers les chantiers forestiers et les entreprises privées à raison de 2500 emplois.

La zone du nord-ouest (Jendouba, Kef, Siliana et Béja) occupe 42% des forêts tunisiennes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here