Investissement en Tunisie: vers la création d’un fonds commun de placement à risque

Le forum de Sfax pour l’investissement en Tunisie, dans sa 6ème édition, tenue jeudi 9 mai, à l’initiative du centre d’affaires de Sfax et des structures d’appui à l’investissement de la région, a été marqué par l’annonce d’un projet d’institution d’un fonds commun de placement à risque (FCPR) dont le capital atteint 50 millions de dinars  et dont les procédures d’installation sont poursuivies par un groupe d’experts et d’hommes d’affaires.

Présentant les spécificités de ce fonds, l’expert-comptable et expert en capital-risques, Mouadh Mehiri, a indiqué que son objectif est d’aplanir les obstacles que rencontrent les jeunes promoteurs, principalement en leurs fournissant les financements nécessaires pour transformer leurs idées de projets en de véritables opérations d’investissement qui se reflètent d’une manière positive et palpable sur le processus de développement  régional en Tunisie.

Il a expliqué que les interventions de ce fonds concernent toutes les étapes de la réalisation des projets, depuis l’idée et le démarrage du financement de l’étude, jusqu’à la réalisation, l’extension et la mise à niveau. De même qu’il participe au capital de projets prometteurs consacrant les valeurs de l’innovation, de la promotion technologique et de l’efficacité énergétique.

L’expert a appelé les hommes d’affaires de la région de Sfax à la participation effective au capital de ce fonds qui est un mécanisme visant au développement  régional et, à la réalisation de la véritable mutation économique attendue.

Cette nouvelle édition du forum de Sfax sur l’investissement  en Tunisie a été marquée, aussi, par la signature d’un accord de coopération entre le Centre d’affaires de Sfax et la Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CONECT) de Sfax visant la création d’un Institut de la promotion du leadership des affaires, où de grandes entreprises parraineront de nouveaux projets et des entreprises naissantes.

 Au cours des débats, les intervenants ont soulevé une série de problèmes relatifs à la fragilité de l’infrastructure de base adaptée à l’investissement à Sfax, au poids de la fiscalité qui alourdit les charges de l’entreprise, à l’efficacité limitée des interventions des groupements de maintenance des zones industrielles, à l’insuffisance des incitations accordées aux investisseurs, au titre du développement régional et à la lenteur et la centralisation des procédures administratives.

D’autres problèmes ont été évoqués, notamment les projets de développement régional en suspens, comme le projet touristique Sidi Fankhil à Kerkennah et celui de Taparura, ainsi que ceux de l’aménagement de zones industrielles dans les délégations et les limites de l’impact attendu de ces zones sur la situation peu reluisante du développement dans les délégations.

Le programme du forum a comporté, d’autre part, des interventions dans lesquelles des données ont été présentées autour du contrat de développement en tant qu’un des mécanismes d’impulsion de l’investissement dans les interventions de la Banque de financement des petites et moyennes entreprises (BFPME), la réalité et les perspectives du tissu économique de Sfax, le réseau des zones industrielles dans la région et les opportunités d’investissement dans le pôle technologique de Sfax.

Un atelier a été organisé pour présenter aux structures d’appui  près de 20 projets dont les études ont été achevées. Ces projets concernent divers secteurs et la valeur des investissements nécessaires pour les réaliser est de 100 MDT, permettant de créer 3730 postes d’emploi, d’après les indications d’Ikram Makni, directrice générale du Centre d’affaires de Sfax, à l’ouverture de ce forum.

Elle a indiqué que la série des forums de Sfax sur l’investissement  a débouché sur plusieurs projets en cours d’exploitation et a réalisé les finalités espérées au niveau du développement et de l’emploi en Tunisie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here