Le FMI examinera le 7 juin le dossier d’octroi à la Tunisie d’un crédit à titre de précaution

Le ministre des Finances Elyès Fakhfakh a indiqué, mercredi 8 mai à Tunis, que le conseil d’administration du Fonds Monétaire International (FMI) se réunira, le 7 juin 2013  pour examiner  le dossier relatif à l’octroi à la Tunisie d’un crédit à titre de précaution.

Le ministre a précisé que la Tunisie a le droit de recourir au FMI pour obtenir 400% de sa part souscrite au capital du FMI, soit environ 1,738 milliards de dollars, l’équivalent d’environ 2,7 milliards de dinars.

En ce qui concerne les interrogations et les doutes ayant accompagné l’obtention par la Tunisie de cet emprunt, le ministre des Finances a précisé que le FMI ne l’a assorti d’aucune condition.

Et d’ajouter: « La Tunisie a préparé des réformes économiques qui ont été entamées, depuis l’année 2011, c’est à dire avant le recours à cette institution financière internationale ».

Le ministre a relevé que les réformes du gouvernement tunisien, concernent essentiellement le système de compensation et le secteur bancaire ainsi que le renforcement de la croissance du secteur privé et la relance des investissements privés, notamment dans les régions intérieures.

S’agissant des problématiques de développement, le ministre a précisé qu’un consensus a été obtenu concernant  la plupart d’entre elles.

M. Fakhfakh a relevé que le recours à un crédit auprès du FMI fait suite aux pressions exercées sur la balance des paiements, laquelle a fait ressortir une régression au niveau des réserves en devises (environ 10902 millions de dinars, soit l’équivalent de 102 jours d’importation, au 29 avril 2013, selon les données de la Banque centrale de Tunisie).

Parmi les autres raisons invoquées par le ministre, les difficultés d’accès aux marchés financiers internationaux pour mobiliser des fonds, et ce à cause de la baisse de la note souveraine de la Tunisie par les agences de notation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here