Renforcer la compétitivité tunisienne dans le secteur hôtelier

Le ministère du Commerce et de l’Artisanat, en collaboration avec le CEPEX, l’ONTT (Office National du Tourisme Tunisien et l’International Executive Service Corps (IESC),  a organisé, mardi 2 mai, le Programme tuniso-américain de coaching  à l’export ayant pour thème le ‘’ Développement du Marketing du Tourisme Equitable’’.

Ce n’est pas la première fois que les acteurs du tourisme organisent un événement sur le tourisme dans son état actuel, vu l’importance capitale de l’industrie touristique pour la croissance économique tunisienne. La nouvelle tendance est claire : ne plus se présenter comme un  pays de tourisme de masse, principalement  balnéaire mais plutôt un pays où l’on vient passer ses vacances de manière responsable : l’écotourisme. Mais la Tunisie semble avoir une contrainte majeure : son  positionnement. Selon Mme Susan Warren, expert volontaire IESC, spécialisée  dans la promotion du secteur du tourisme alternatif, la partie est loin d’être perdue car il existe une multitude de stratégies permettant une meilleure orientation vers l’écotourisme qui est une méga tendance.

L’image de marque tout d’abord

Si un pays comme les Balkans ou le Sri Lanka, selon Mme Warren , ont réussi à restaurer leurs  industries touristiques durant les périodes post –conflictuelles, c’est grâce au développement d’une image de marque (‘’ Brand image’’).

L’image de marque est une représentation visuelle d’un endroit et celle de la Tunisie post- révolutionnaire renvoie à l’insécurité. Des questions ont été posées pour établir des pistes de réflexion aux professionnels du métier, entre autres ‘Comment remédier à  cette image peu propice au développement du tourisme ? ‘Comment se ferait le marketing de la Tunisie à l’étranger ? ‘’, Plus généralement, ‘’ comment pourrions-nous transformer l’identité tunisienne en une identité compétitive ?

La technique de l’image de marque, le Branding, terme qui porte à confusion avec le ‘’ Brand image ‘’ permet de trouver la manière pour mieux attirer la perception des touristes.

Un pays qui porte l’image d’écotourisme a beaucoup à gagner surtout que celui-ci améliorerait le niveau de vie de plusieurs régions intérieures défavorisées telles que Siliana.

De l’image à la réputation

L’image d’un pays canalise le contexte dans lequel les gens (les touristes, les consommateurs, les étudiants, les partenaires commerciaux, les médias, autres gouvernements) perçoivent ce même pays : il suffirait donc de travailler sur ‘’ l’identité de marque ‘’. Un résultat non systématique car selon  Mme Warren l’identité de marque ‘’ brand identity’’ n’aura pas un effet direct sur ‘’l’image de marque’’ surtout que l’image de marque d’une destination n’est pas une science prévisible (nouveaux types de visiteurs, nouveaux modèles de tourisme). Néanmoins, de bonnes pratiques existent si elles sont combinées avec d’autres parties prenantes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here