Larayedh au chevet des blessés dans l’explosion des mines à Jebel Chaâmbi

Les familles des blessés dans l’explosion des mines à Jebel Chaâmbi ont critiqué le manque de prise en charge de leurs proches par le gouvernement, dénonçant l’absence de dispositif de secours doté de la célérité et de l’efficacité requises.

Profitant de la présence, mercredi 1 mai, à l’Hôpital militaire de Tunis, du chef du gouvernement provisoire, Ali Larayedh, venu rendre visite aux blessés, les familles de ces agents ont souligné la nécessité de garantir la sécurité de leurs proches dans l’exercice de leur mission.

Les familles ont, également, exhorté le chef du gouvernement à arrêter et à sanctionner, fermement, les auteurs des explosions, affirmant que « leurs proches accomplissaient leur devoir envers la Nation et qu’ils doivent bénéficier de tous leurs droits en tant que blessés ».

De son côté, Ali Larayedh a fait savoir que le gouvernement n’a cessé d’entourer les militaires et les agents de la sûreté d’une sollicitude particulière et que, du fait de son passage au ministère de l’Intérieur, il est pleinement conscient du déficit en équipement ».

Il a admis, dans ce sens, le manque de matériel d’intervention médicale et de secours, ajoutant que l’Etat a « enregistré un remarquable progrès dans le rétablissement de la sécurité ».

Larayedh a fait remarquer que le pays, qui passe par une phase difficile, connaîtra inévitablement des victimes, mais que la situation demeure nettement meilleure que dans d’autres pays proches, a-t-il soutenu.

Dans une déclaration aux médias, à l’issue de sa visite au chevet de trois agents blessés à Jebel Chaâmbi, Larayedh a fait remarquer que la Tunisie « se situe dans un environnement géographique marqué par des guerres, des révolutions et des menaces terroristes », assurant que les forces militaires et de la sûreté assurent leur devoir en matière de lutte contre les dangers et les menaces ».

Le chef du gouvernement a, par ailleurs, appelé les formations politiques à ne pas disperser l’attention de l’appareil sécuritaire par des questions subsidiaires et de le laisser se consacrer à la protection du pays et des citoyens », notant qu’il est du devoir des autorités et de la communauté nationale de contribuer à la protection du personnel sécuritaire et de garantir leurs droits en cas de risques ».

Larayedh a, en outre, adressé un message rassurant à tous les Tunisiens, dans lequel il affirme que la Tunisie dispose des moyens et des compétences nécessaires pour se développer en dépit des entraves et de la vague de revendications auxquelles elle fait face.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here