Explosion d’une voiture piégée au cœur de Damas

©www.20minutes.fr

A une heure de grande affluence, la capitale syrienne vient de subir un  nouvel attentat sanglant qui a fait au moins 13 victimes, au lendemain d’une attaque ayant visé en vain le Premier ministre.

Alors que le débat sur l’utilisation par le régime d’armes chimiques contre la population agite les chancelleries occidentales, Barack Obama a exprimé à son homologue russe  l’inquiétude des États-Unis, lors d’une conversation téléphonique.

Mardi matin, près de 24 heures après un attentat qui avait visé sans l’atteindre le Premier ministre syrien, une voiture piégée a explosé dans un quartier commercial dans le cœur de Damas, où se presse chaque jour une foule dense dans les boutiques de vêtements et de nourriture.

Horreur

« Le lâche attentat terroriste, qui a visé le centre commercial et historique de Damas, a fait selon un bilan provisoire 13 martyrs et plus de 70 blessés, dont certains dans un état critique« , a indiqué le ministère de l’Intérieur, « Il s’agit de la réponse aux victoires remportées par les forces syriennes sur le terrain contre le terrorisme« , a-t-il dit. Le régime qualifie de « terroristes » les rebelles.

Pour sa part, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui bénéficie d’un large réseau de militants, médecins et avocats sur le terrain, a fait état de  » 14 tués – neuf civils et cinq membres des forces de l’ordre – selon un bilan provisoire, dans un attentat à la voiture piégée près de l’ancien siège du ministère de l’Intérieur ».

Dans le même temps, des combats opposaient l’armée et les rebelles dans un quartier dans l’est de Damas, selon l’OSDH.

En outre, dans la périphérie d’un aéroport situé au nord d’Alep, que les rebelles tentent de prendre depuis des mois, l’aviation a tué 15 insurgés dans un raid. L’armée de l’air a également bombardé le quartier de Jobar à Damas, les provinces de Homs (centre), Raqa (nord), Lattaquié (nord-ouest), de Damas et d’Idleb (nord-ouest). Les violences ont causé lundi la mort de 159 personnes – 36 soldats, 65 rebelles et 58 civils, selon l’Observatoire.

Armes chimiques

Sur le sujet brûlant des armes chimiques, les États-Unis « continuent d’évaluer » si elles ont été utilisées par le régime syrien , a affirmé lundi 29 avril, le secrétaire à la Défense Chuck Hagel, refusant de préciser si une confirmation de leur utilisation ouvrirait la voie à une action militaire. Lors d’un entretien avec son homologue russe Vladimir Poutine, « le président Obama a souligné l’inquiétude (provoquée par) les armes chimiques syriennes », a indiqué l’exécutif américain dans un communiqué, en précisant que les deux hommes allaient « continuer à se concerter étroitement » sur le conflit syrien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here