Démission de Hachmi Hamdi d’Al-Aridha : dissolution du parti

Le conseil constitutif de la « Pétition populaire pour la liberté, la justice et le développement » (Al-Aridha) a décidé, dimanche 28 avril, la dissolution du parti, pour protester contre son « avilissement ».

« Les sympathisants d’Al-Aridha refusent catégoriquement d’être des citoyens de seconde zone », lit-on dans une déclaration rendue publique par le conseil constitutif d’Al-Aridha, à l’issue de sa réunion, samedi, à Tunis.

Dans ce même document, il annonce, également, avoir accepté la démission du président du parti Mohamed Hachmi Hamdi et son renoncement à toute activité politique en Tunisie, précisant qu’  « Al-Aridha partage les mêmes arguments avancés par Hachmi Hamdi et décide, en conséquence, de boycotter les prochaines législatives ».

Ces décisions, explique Al-Aridha, sont motivées par l’interdiction aux détenteurs de la double nationalité de se porter candidat à la prochaine présidentielle, ainsi que par le refus de la Commission mixte de coordination et de rédaction de la Constitution de faire mention de l’interdiction de la migration des élus d’un parti à un autre (« tourisme partisan »), dans l’avant-projet de la Constitution. Al -Aridha justifie, également, ses décisions par son exclusion de la scène médiatique.

De plus, le retour du président et des dirigeants du parti à leurs activités politiques passe impérativement par la levée des restrictions sur la candidature de Hachmi Hamdi à l’élection présidentielle et l’adoption d’une loi interdisant le tourisme partisan, avise Al-Aridha.

Il s’agit, également, lit-on dans la déclaration, de porter l’administration de l’Etablissement de la télévision nationale et les instances gouvernementales à respecter le parti Al-Aridha, son président, ses dirigeants et ses partisans et à les traiter sur le même pied d’égalité que les autres partis et citoyens tunisiens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here