«Tunis Patrimoine Vivant», un voyage enivrant dans l’espace-temps de notre mémoire collective

Lors de l’attribution du prestigieux Prix d’Architecture de l’Agha Khan en 2010 au projet tunisien présenté par l’Association de sauvegarde de la Médina (ASM) et intitulé « La valorisation du patrimoine récent de Tunis », le jury international, composé de sommités dans le domaine de l’architecture et de l’urbanisme, avait salué le projet tunisien en ces termes fort élogieux :« La revitalisation du patrimoine architectural de la fin du 19e et début du 20e siècle dans le quartier de Bab B’Har, dans l’hypercentre de Tunis, représente une contribution et une source d’inspiration importantes pour la compréhension de l’histoire récente du monde islamique et de l’héritage culturel de l’époque coloniale.

La réussite de l’Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis (ASM) réside dans la préservation des bâtiments emblématiques et des façades de l’époque, bien souvent négligés et détruits dans d’autres villes musulmanes, et de les utiliser comme catalyseurs pour un programme de régénération économique ambitieux et varié. Outre la création d’un quartier vivant et prospère, le projet a également encouragé une meilleure compréhension, beaucoup plus nuancée, de l’histoire récente de la Tunisie, sans pour autant dissimuler la nature du colonialisme ».

Dépoussiérer le patrimoine

« Tunis Patrimoine Vivant » de Zoubeïr Mouhli, Faïka Béjaoui et Abdelkrim Gazzah est un ouvrage qui a pour ambition de jeter la lumière sur la conservation architecturale et urbaine telle qu’elle a été menée depuis 1980 par l’Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis (ASM), à  travers la présentation de projets ponctuels de restauration de bâtiments historiques au cœur de la Médina, tels que le Palais Kheireddine, le ministère des Finances à la Kasbah, Dar Ben Achour, Dar Errassaa, Dar Daouletli, ou des monuments religieux comme Tourbet Edziri, Zaouia Sidi Abdelmoumen, l’église Sainte-Croix, Zaouia Sidi Abdelkader ou les grandes mosquées, notamment de la Zitouna à Sidi Ibrahim.

img046

Changer de regard

Ce livre propose de porter un nouveau regard sur la pratique de la sauvegarde du patrimoine de la Médina, tout en mettant l’accent sur les enjeux techniques de sa restauration et de sa mise en valeur.

La démarche est didactique. L’ouvrage cherche à sensibiliser tous ceux qui vivent et travaillent dans la ville de Tunis à ses richesses architecturales.

rue-du-pacha

La première partie présente l’approche pluridisciplinaire adoptée par l’ASM depuis sa création en 1967; la deuxième décrit l’évolution de la ville et l’émergence de ses spécificités architecturales. Suivent deux grands chapitres qui démontrent, par de nombreuses « fiches », la diversité des interventions de l’ASM, aussi bien dans la Médina que dans les quartiers plus récents tels que Bab Bhar et Lafayette.

Torbet-el-bey

Ces exemples, amplement commentés et illustrés, vont des grandes demeures à cour ouverte, aux immeubles de style éclectique, du réaménagement des avenues de l’hyper-centre aux mausolées, en passant par des édifices emblématiques, tels le Théâtre municipal et le Marché Central.

driba

Richement illustré, solidement documenté, écrit dans un style fort agréable, cet ouvrage est un plaisir pour les yeux et une invitation au voyage envoûtant dans les dédales tortueuses de notre belle Médina.

A consommer sans modération.

« Tunis Patrimoine Vivant », de Zoubeïr Mouhli,Faïka Béjaoui et Abdelkarim Gazzah, imp.Simpact, 280 p

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here