Laura Baeza : « Des réformes, il y en a eu, mais du travail reste à faire »

Participant au 15ème forum international de l’Economiste Maghrébin, Laura Baeza, ambassadeur, chef de la délégation de l’Union européenne en Tunisie, a mis en avant l’appui de l’UE à la réforme du secteur financier tunisien, dans le double objectif de contribuer à sa résilience et à son dynamisme.

Elle a tenu à rappeler que l’UE, avec ses partenaires de la Banque Mondiale et de la banque africaine de développement, ont soutenu dès le lendemain de la crise de 2008 l’adoption de mesures énergiques visant au renforcement des bilans bancaires.

« De la même manière, en 2011, quelques mois après la révolution, l’UE et le gouvernement tunisien adoptaient une nouvelle série de mesures conditionnant son appui budgétaire à la mise en place de stress tests sur la situation du secteur bancaire par la Banque centrale, avec l’assistance technique de la banque mondiale », s’explique  l’ambassadeur.

Elle a par ailleurs souligné que l’UE a également soutenu- en coordination  avec la Banque mondiale et aujourd’hui le FMI- l’adoption de mesures visant à l’amélioration de la gouvernance des établissements bancaires, au renforcement  de la fonction de supervision de la Banque centrale et dans le cadre du deuxième programme d’appui à la relance, au lancement d’audits financiers et stratégiques des principales banques publiques, STB, BNA, et BH, en vue de leur restructuration.

Et l’ambassadeur d’ajouter : « L’accord de principe pour un programme avec le FMI obtenu dernièrement et qui met l’accent sur un prompt renforcement du secteur bancaire, renforce mon sentiment quant à l’engagement sans faille du gouverneur de la Banque centrale, ainsi que du gouvernement dans cette voie ».

Elle s’est par ailleurs arrêtée sur l’appui de l’UE dans le domaine de la finance non-bancaire et notamment de la micro-finance.

« Du travail reste à faire en ce qui concerne par exemple le développement d’une centrale des risques ou l’adoption de normes prudentielles adéquates », conclut-elle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here