Un jeune Camerounais invente le Cardiopad première tablette médicale «made in Africa»

À 25 ans à peine, Arthur Zang, un jeune ingénieur camerounais, diplômé de l’école polytechnique de Yaoundé, a inventé le Cardiopad, première tablette tactile médicale fabriquée en Afrique, qui devrait permettre de sauver de nombreuses vies, notamment au sein de la population la plus démunie du Cameroun.

Partant du constat que le Cameroun ne recense que 30 cardiologues pour 20 millions d’habitants, répartis entre les deux principales villes du pays, Yaoundé- la capitale- et la ville portuaire de Douala, un constat qu’il a pu tirer lors d’un stage qu’il effectuait, il ya trois ans à l’hôpital général de la ville de Yaoundé, Arthur Zang a commencé à réfléchir à une solution pour faire en sorte qu’un maximum de patients puissent être soignés par les rares cardiologues du pays. Et c’est ainsi qu’il a orienté ses recherches vers la mise au point d’un système qui peut les aider.

Pour ce faire, il poursuit ses études en  systèmes électroniques embarqués au laboratoire de polytechnique et, afin de parfaire ses connaissances en électronique numérique, il suit un programme d’enseignement gratuit à distance dispensé par le gouvernement indien.

Et c’est ainsi que le Cardiopad a vu le jour. La tablette médicale mise au point par Arthur Zang permet de réaliser des électrocardiogrammes ( l’appareil est relié par des électrodes à la poitrine du patient ) et de transmettre les résultats à distance au cardiologue. « Il s’agit d’une solution mobile et bon marché : nous comptons le commercialiser à deux millions de Francs CFA (environ 4 000 dollars US), soit un coût deux fois inférieur à celui des appareils actuellement sur le marché », assure-t-il (l’appareil n’est pas destiné aux patients, mais aux hôpitaux qui les prêtent aux patients).

Après avoir développé le prototype du Cardiopad, Arthur Zang a reçu une aide de 30 000 dollars de la part du gouvernement camerounais qui a subventionné la recherche et permis au jeune ingénieur de créer  Himore Medical, une petite entreprise qui emploie cinq personnes et dont la mission est de concevoir et fabriquer des appareils médicaux. « Nous avons déjà fabriqué une trentaine d’appareils et mettons au point actuellement une machine mobile qui permettra de faire des échographies à distance, si nous obtenons toutefois les financements nécessaires », précise le jeune homme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here