La Tunisie réitère sa demande d’extradition de Sakhr El-Materi

Le ministre des Affaires étrangère, Othman Jerandi, a eu, lundi 22 avril, un entretien téléphonique avec son homologue seychellois, Jean-Paul Adam.

L’entretien intervient à la suite des déclarations accordées, récemment, par le ministre seychellois des Affaires étrangères à une radio internationale à propos du titre de séjour d’un an attribué à Sakhr El-Materi, gendre du président déchu.

Jerandi a, lors de cet entretien, réitéré la demande des autorités tunisiennes d’extrader la personne concernée en application du mandat d’amener international émis à son encontre.

Le ministre des Affaires étrangères s’est dit affligé par les déclarations faites sur la prétendue « absence » en Tunisie de garanties d’un procès équitable.

De son côté, le ministre seychellois a affirmé comprendre l’importance de cette affaire pour la Tunisie, justifiant la décision de son pays par l’absence d’accord de coopération entre les deux pays dans le domaine judiciaire portant sur l’extradition d’accusés ou de criminels.

« L’asile politique n’a pas été accordé à Sakhr El-Materi comme il l’a demandé », a-t-il indiqué, ajoutant qu’il s’agit uniquement d’une autorisation de séjour d’un an et que les autorités seychelloises sont en train d’examiner les différents volets du dossier.

Jerandi a réaffirmé l’attachement de la Tunisie à l’extradition de Sakhr El-Materi, insistant sur le bien-fondé de cette demande, tout en rappelant l’obligation de chaque Etat membre d’Interpol d’honorer ses engagements vis-à-vis de cette organisation internationale à laquelle adhèrent les Seychelles et la Tunisie.

Il a appelé son homologue seychellois à privilégier la coopération constructive entre deux pays africains frères et à réagir positivement à cette demande liée au processus de justice transitionnelle en Tunisie, selon la même source.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here