Tourisme durable, tourisme responsable

Tunis, 22 avril, s’est tenue la conférence organisée par l’IHE (Institut Des Hautes Etudes) portant sur le thème du ‘’ Tourisme responsable des années 2020 : enjeux, défis et perspectives pour la Tunisie’’.

Un  secteur économique vital… essoufflé  

Le tourisme est un secteur vital pour l’économie tunisienne. En effet, il représente 7% du PIB ainsi que le premier pourvoyeur en devises et emploie 15% de la population active. Il participe  à raison de 12.9% à la couverture du déficit commercial. Le tourisme stimule également d’autres secteurs vitaux comme l’industrie agroalimentaire, l’agriculture et la pêche ainsi que le transport et la communication.

Cependant, l’industrie touristique tunisienne semble s’essouffler ces dernières années.

En effet, d’une part  le modèle touristique (de type industriel) est basé essentiellement sur un produit touristique de base (séjours de moyenne gamme en bord de mer et donc un tourisme balnéaire). D’autre part, on assiste à un changement de comportements des clients (augmentation du nombre des vacances de courte durée : voyager moins loin et plus souvent, l’émergence des voyages à thèmes (l’écotourisme) et d’activité touristiques ciblées (les randonnées). Le marché du tourisme est par conséquent plus segmenté : un marché caméléon. Fidéliser le touriste devient une mission très difficile !

Repenser le tourisme : les nouvelles tendances

Heureusement que tout n’est pas perdu ! La Tunisie, selon l’ambassadeur du groupe Accor en Méditerranée,  M.Abderrahman Belgat, possède une infrastructure satisfaisante en prenant l’exemple de l’aéroport d’Enfidha qui aurait une capacité de 7 millions de passagers ainsi que des atouts naturels ‘’ passer de la mer au désert en quelques heures ’’, un savoir- être et un passé culturel indéniable.

Mais si la Tunisie veut rebooster son industrie touristique, elle doit adapter ses produits aux attentes des clients et dégager les priorités faisables, sans pour autant copier ce qui se fait dans d’autres pays comme le Maroc.

Pour ce faire, il y a des éléments à revoir comme la classification des hôtels (des hôtels deux étoiles qui sont classés cinq étoiles), des zones touristiques et les moyens de communication (par les tour- opérateurs T.O).

Les nouvelles tendances pour développer le tourisme peuvent s’inscrire alors dans le contexte du tourisme responsable qui se caractérise par un respect de l’environnement et une culture des gens des territoires, ce qui amène à la nécessité d’implanter une vraie politique environnementale : un tourisme durable tenant compte des impacts économiques , sociaux et environnementaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here