L’UGTT n’acceptera pas une remise en question des résultats de l’enquête sur les évènements de la place Mohamed Ali

Le Secrétaire général adjoint de l’UGTT, Samir Cheffi a affirmé dimanche matin 21 avril, que la centrale syndicale n' »acceptera pas la remise en question, des décisions de la commission qui a enquêté sur les évènements du 4 décembre 2012, à la place Mohamed Ali, qui se sont déroulés entre les partisans de l’UGTT et ceux des ligues de protection de la révolution.

Présidant un meeting des travailleurs devant le siège de l’UGTT de Sfax, M. Cheffi a indiqué que l’Union n’acceptera ni une atteinte à la dignité des travailleurs et à leurs droits syndicaux dont en premier lieu le droit à faire la grève, ni une remise en cause les décisions de cette commission.

« La centrale syndicale ne se courbera pas devant les campagnes organisées à son encontre et continuera de défendre la dignité du travailleur et son droit syndical », a-t-il poursuivi.

Il a justifié l’appel à la grève lancé par les structures syndicales par «la détermination à défendre le droit syndical jusqu’à ce que le gouvernement provisoire respecte ses engagements».

De son côté, le Secrétaire général de l’UGTT de Sfax, Mohamed Chaabane, a affirmé que «la stabilité du pays est essentiellement,  liée à la non-exclusion de l’UGTT, laquelle adhère à l’idéologie de la dignité».

Outre ce meeting des travailleurs auxquels  ont participé plusieurs structures et cadres syndicaux de Sfax, une marche a été organisée à partir du siège de l’Union régionale, au cours de laquelle les participants ont scandé des slogans de soutien à l’UGTT ainsi qu’au droit syndical et au droit à la grève.

Devant le siège du gouvernorat, ils ont crié des slogans hostiles au gouverneur de Sfax.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here