Larayedh : impératif de protéger les mausolées et zaouias contre les agressions

A l’ouverture, jeudi après-midi 18 avril, de la 22e édition du Mois du patrimoine, au mausolée de Sidi BelHassen Chedli, à Tunis, le Chef du gouvernement provisoire, Ali Larayedh, a mis l’accent sur l’impératif de protéger les mausolées et les zaouias contre les agressions et l’incurie, car ils représentent une richesse patrimoniale appartenant à toutes les générations.

Le thème choisi cette année pour la célébration de ce mois, à savoir « le patrimoine immatériel, symboles et mémoire », a-t-il ajouté, traduit la détermination de l’Etat à préserver le patrimoine du pays et son attachement à son identité arabo-musulmane.

Que le mausolée de Sidi Belhassen Chedli soit retenu cette année pour abriter le lancement du Mois du patrimoine, a-t-il fait remarquer, revêt une signification matérielle et spirituelle eu égard à l’envergure de ce grand savant et à sa grande connaissance des sciences théologiques et de l’exégèse.

« La déficience spirituelle et la tendance à l’amalgame entre la valeur culturelle et la dimension religieuse des zaouias expliquent les dérapages qui ont conduit certains à s’attaquer à ces lieux« , a-t-il précisé. Le gouvernement, a-t-il indiqué, est décidé à apporter au ministère de la Culture et aux structures publiques concernées tout le soutien indispensable, afin de garantir la protection de ces monuments qui représentent la mémoire collective et constituent une des composantes du legs culturel, historique et islamique de la Tunisie.

Le Chef du gouvernement provisoire a, par ailleurs, indiqué que le ministère de l’Intérieur œuvre, en coordination avec le département de la Culture et l’Institut national du patrimoine, à protéger ces éléments du patrimoine matériel du pays, qui attestent son profond enracinement civilisation  et culturel et sa prestigieuse histoire.

Pour sa part, le ministre de la Culture, Mehdi Mabrouk, a souligné la détermination du département à préserver le patrimoine matériel et immatériel du pays. Il a, également, réaffirmé l’attachement à réhabiliter les mausolées et les zaouias qui représentent un des éléments de la personnalité nationale et de la mémoire collective.

Et d’ajouter, la préservation du patrimoine incombe aussi bien au gouvernement qu’à la société civile.

La cérémonie d’ouverture a été jalonnée de chants religieux et soufis. Une conférence a, notamment, apporté un nouvel éclairage sur la personnalité et l’œuvre du savant et exégète Sidi Belhassen Chedli.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here