Le ministère du Commerce fixe les prix de neuf produits de consommation

©www.tixup.com

Abdelwahheb Maater a dévoilé ce matin la stratégie du ministère du Commerce pour la maîtrise des prix et des flux d’approvisionnement en produits de consommation. La nouvelle stratégie suit, selon le ministre, une approche inclusive où ministère, producteurs, distributeurs, vendeurs, société civile et consommateurs collaborent pour fixer, puis maintenir des prix qui soient acceptables par tout le monde.

Le marché tunisien fonctionne selon les principes de la liberté et de la concurrence. Les prix y sont fixés par le jeu de la concurrence. Toutefois, et selon les dispositions de l’article 4 de la loi 64-91 sur la concurrence et les prix, « des mesures temporaires contre des hausses excessives des prix motivées par une situation de crise ou de calamité, par des circonstances exceptionnelles ou par une situation de marché manifestement anormale dans un secteur déterminé, peuvent être prises par arrêté du ministre du Commerce et dont la durée d’application ne peut excéder six mois. »

Afin de réduire le chiffre des 8,8% qu’est le taux d’inflation des produits alimentaires, des groupes de travail mixtes composés de représentants du ministère et des organismes professionnels et de l’Organisation de défense du consommateur ont tenu des concertations et des discussions intensives. A l’issue de plus de 20 réunions, il a été convenu de fixer temporairement les prix de neuf produits. Le prix de la pomme de terre sera diminué de 43%, celui des œufs de 10%. Le prix des huiles végétales non subventionnées diminuera de 25% et celui des viandes rouges de 6 à 9%.

Les produits laitiers, les fromages et les conserves de thon seront  5%,  13% et  10% moins chers.  Les prix des produits de nettoyage et des produits d’hygiène corporelle (savon, dentifrice, shampooing) diminueront  de 7%.

Selon, le ministre, les négociations sont encore en cours pour inclure d’autres produits dans la liste. Mais, pour lui, ces efforts seraient vains s’ils ne s’associent pas à une politique de contrôle et de surveillance. Il a de ce fait appelé les citoyens à épauler les efforts des quelque 680 agents relevant du service du contrôle économique au sein du ministère. Une plus grande vigilance est requise de la part de tous les intervenants sur le marché afin de contrer les infractions et la spéculation.

Abdelwahheb Maater a également dénoncé le « crime de la contrebande » qui « tel une hémorragie » est le premier facteur déstabilisant du marché national. Il a appelé, de ce fait, les forces de l’ordre et les services de la Douane à une plus grande vigilance au niveau des frontières.

Pour ce qui est des derniers préparatifs pour la saison estivale et pour le mois de Ramadan, le ministre a tenu à rassurer l’opinion publique quant aux approvisionnements du pays en matière de produits de consommation de base.  Le ministère oeuvrera en effet à constituer d’importants stocks de régulation : 60 millions d’œufs, 50 millions de litres d’eau minérale, 50 millions de litres de lait, 40 mille tonnes de pommes de terre et 50 tonnes de citrons.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here