Les secteurs des phosphates et des engrais enregistrent une perte de 2 milliards de dinars

Au titre des années 2011 et 2012, les secteurs des phosphates et des engrais ont enregistré une perte de 2 milliards de dinars, selon la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG).

Les unités et les carrières relevant de la CPG n’ont pas dépassé, depuis le début de l’année 2013, 20% de leur capacité totale.

Durant ces deux dernières années, la région de Gafsa, notamment, la zone du bassin minier, a connu des mouvements de protestation des demandeurs d’emploi en Tunisie, ayant causé la suspension des activités d’extraction et de production du phosphate, son transfert aux usines chimiques pour sa transformation en engrais ou son chargement vers les ports tunisiens pour les besoins de l’exportation.

Cette situation a engendré une baisse de 70% de la production de la compagnie, en comparaison avec l’année 2010. Alors que la société a honoré ses engagements dans la région, notamment, en ce qui concerne la politique d’emploi, le nombre des bénéficiaires d’emploi atteignant les 9 900.

Ces travailleurs ont été embauchés, soit par le biais du programme de recrutements directs, soit dans les entreprises de l’environnement, dans la société tunisienne du transport des produits miniers. Des travailleurs du domaine de la sous-traitance, ont également été intégrés dans la compagnie.

Par ailleurs, la société a du puiser, en 2011-2012, dans ses stocks stratégiques de phosphate brut et commercial, pour de répondre aux besoins de ses clients, ce qui a provoqué une baisse du volume des stocks de huit millions de tonnes en 2010 à trois millions de tonnes, actuellement.

Les mines de phosphate et les laveries doivent, selon la direction de la CPG, reprendre leurs activités pour satisfaire la demande des clients au plan local, notamment celle du groupe chimique tunisien.

La société a failli perdre sa place sur le marché international du phosphate, après la baisse des exportations qui était de 1 million 200 mille tonnes en 2007 et se situe à seulement 150 mille tonnes en 2011.

A l’exception des deux carrières d’extraction du phosphate de la délégation de M’dhila, des deux laveries de phosphate et des unités de production qui poursuivent leur activités normalement, les mines de la compagnie et ses laveries sont encore totalement suspendues dans les régions de Metlaoui, Om Laarayes et Redayef, ainsi que l’arrêt du transport du phosphate à travers le réseau ferroviaire, à cause des grèves et des mouvements de protestation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here