1er trimestre 2013 : les grèves augmentent de 14%

Au cours du premier trimestre 2013, les grèves observées ont connu une hausse de 14% par rapport à la même période de l’année 2012, soit 126 grèves contre 111, entraînant la perte de plusieurs journées de travail, selon le ministère des Affaires Sociales.

111 entreprises ont observé des grèves de janvier à mars 2013, contre 97 entreprises pendant la même période de 2012.

Le nombre des travailleurs qui ont participé à ces grèves a augmenté de 32%, soit 18 mille ouvriers contre 14 mille au cours de la même période de l’année précédente.

75 sur 126 grèves observées pendant le 1er trimestre de 2013 sont légales contre 53 sur 111 grèves légales en 2012.

L’amélioration des conditions de travail constitue la principale revendication à l’origine des grèves organisées au cours du 1er trimestre 2013 (49%), ainsi que le non-paiement des salaires (39%), l’amélioration des relations professionnelles (9%) et la solidarité avec les autres travailleurs (7%).

Quant à la répartition des grèves, le ministère indique que le secteur des services a enregistré le taux le plus élevé des grèves (72%), suivi par le secteur des industries métalliques et mécaniques (21%) et le secteur du textile-habillement et chaussures (17%).

Le gouvernorat de Ben Arous a enregistré le taux le plus élevé des grèves au cours du premier trimestre 2013 avec 24 arrêts de travail (19%). Suivi par le gouvernorat de Sfax avec 19 grèves (15%) et les gouvernorats de Zaghouan et Nabeul avec 12 grèves (10%).

Dans le même ordre d’idée, la direction de l’Inspection du travail et de conciliation a enregistré, au cours du premier trimestre 2013, une hausse de 10% des préavis de grève, qui sont passés de 232 au cours de la même période 2012 à 255.

Les services de conciliation sont parvenus, quant à eux, à annuler 172 préavis de grève. 75 préavis de grève ont été exécutés et 65 sont en cours de conciliation. Ces services ont, ainsi, réussi à annuler 67% des préavis de grève.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here