Conférence/Débat : Dialogue social au sein de l’entreprise

Syndicalistes, inspecteurs du travail, hommes d’affaires, juristes et chercheurs se sont mis, vendredi 12 avril, autour d’une même table, à Sfax, pour débattre de la question du déblocage du dialogue social au sein de l’entreprise.

Cet important rapprochement entre les partenaires sociaux dans une région où le climat social est des plus houleux s’est produit dans le cadre d’une conférence-débat organisée conjointement par l’Association tunisienne du développement durable (ATDD) et la section de l’Institut arabe des chefs d’entreprises (IACE) de Sfax.

 Le Professeur et spécialiste du droit du travail Nouri Mzid a dévoilé, à cette occasion, les premiers résultats  d’une étude réalisée par l’ATDD sur le dialogue social au sein de l’entreprise.

 Cette étude a, entre autres, montré que la région de Sfax est à la tête de tous les gouvernorats du pays en termes de nombre de grèves observées en 2012 avec un taux de 24 % et que cette même année 2012 a enregistré une augmentation de 94 % par rapport à  2010 et une régression de 6 % par rapport à 2011.

Le nombre d’entreprises touchées par ces grèves a connu une augmentation de 68 % et le nombre des journées de travail perdues a crû de 181 %.

En revanche, le nombre des grèves illégales a reculé à raison de 290 % par rapport à 2010 et de 70 % par rapport à 2011.

Evoquant tour à tour les questions de «consultations au niveau de l’entreprise» et de «négociations collectives au niveau de l’entreprise», MM. Abdelkader Ben Fadhla et Mongi Tarchouna ont mis en exergue l’intérêt que revêt le dialogue au sein de l’entreprise et ses dimensions démocratique et citoyenne.

 Les intervenants se sont montrés plutôt sceptiques quant aux résultats attendus du pacte social conclu le 14 janvier dernier par le gouvernement, l’Ugtt et l’Utica en termes de dialogue social qui permet de gérer les intérêts conflictuels des partenaires sociaux et de préserver la paix sociale.

Ils ont, également, évoqué les lacunes et faiblesses du système des relations professionnelles et des négociations sociales telles que la centralité de ces négociations, la prédominance du rôle de l’Etat et l’absence d’un cadre juridique qui consacre et institutionnalise le dialogue social au sein de l’entreprise.

Répliquant aux interventions des experts, le secrétaire général de l’Union régionale du Travail de Sfax a fait savoir que la liberté de l’action syndicale est garantie par le Code du travail.

Il a assuré que l’organisation patronale veille à la consolidation de l’entreprise et des valeurs de la productivité qui est un garant de la pérennité de l’entreprise, revendiquant au passage le droit de consultation des syndicats par l’employeur dans toutes les questions qui se rapportent à l’état de santé de l’entreprise.

Prenant la parole à l’ouverture du débat, M. Faouzi Fakhet, président de l’ATDD, a souligné l’importance d’une telle action de sensibilisation dans la promotion du dialogue social ainsi que la participation citoyenne au développement durable.

A noter l’absence remarquée des représentants de l’Union régionale de l’industrie, du commerce et de l’artisanat de Sfax dans cette conférence-débat sur le dialogue social.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here