Kerry en Asie pour convaincre la Chine de « calmer Pyongyang »

Le chef de la diplomatie américaineest arrivé aujourd’hui, vendredi 12 avril, à Séoul dans le cadre d’une tournée asiatique pour convaincre la Chine de calmer une Corée du Nord à la rhétorique enflammée.

Cette  tournée dans la région va le conduire à Séoul,  Pékin et  Tokyo, pendant trois jours.

Le rôle-clé de la Chine

Un haut responsable de l’Administration américaine, voyageant aux côtés de John Kerry, avait souligné vendredi matin le rôle-clé que peut jouer la Chine pour apaiser la crise actuelle dans la péninsule coréenne, qui a vu Pyongyang menacer la Corée du Sud et les États-Unis de « guerre thermonucléaire« . « La Chine a un énorme intérêt dans la stabilité, et le fait que la Corée du Nord cherche à se doter d’un missile nucléaire est l’ennemi de la stabilité », a déclaré ce haut responsable. « Cela nous donne à nous et aux Chinois un objectif commun très fort pour la dénucléarisation« , a-t-il ajouté.

Tension extrême

Dans une atmosphère extrêmement tendue, les Occidentaux s’attendent à un prochain tir de missile par Pyongyang. Ignorant les mises en garde de son voisin et allié chinois, la Corée du Nord a cependant déployé sur sa côte orientale deux missiles Musudan, d’une portée théorique de 4 000 kilomètres, soit la capacité d’atteindre la Corée du Sud, le Japon et même l’île américaine de Guam.

 L’éventuel tir de missile pourrait survenir autour du 15 avril, jour anniversaire de la naissance du fondateur du pays, Kim Il-sung, estiment les experts. Depuis un an, Pyongyang a effectué deux tirs de fusée (dont un réussi en décembre) considérés par les Occidentaux comme des essais déguisés de missiles balistiques, et un essai nucléaire (le 12 février dernier) qui lui a valu un nouveau train de sanctions à l’ONU, cause du regain des invectives nord-coréennes à l’égard de Washington et de Séoul.

Attitude agressive

A l’occasion d’une rencontre à la Maison-Blanche, jeudi 11 avril, avec le secrétaire général de l’ONU, le président américain avait une nouvelle fois appelé Pyongyang à changer de ton. « Nous sommes tous deux d’accord sur le fait que le temps est venu pour la Corée du Nord de mettre fin au type d’attitude agressive qu’elle a adoptée », a-t-il déclaré. Le secrétaire général a de son côté appelé « les pays voisins, dont la Chine, qui pourraient avoir une influence sur la Corée du Nord, à exercer leur influence pour que cette situation soit résolue pacifiquement« . De hauts responsables américains ont eux aussi pressé Pékin d’utiliser toute son influence pour stopper les actions « déstabilisantes » de Pyongyang.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here