Habib Kheder répond à Moncef Marzouki

Le rapporteur général de la Constitution et le président du conseil de coordination et de la rédaction de l’Assemblée nationale constituante a déclaré au quotidien Al-Chourouk,  aujourd’hui  jeudi 11 avril, que  le président de la République, Moncef Marzouki, n’a pas le droit, conformément à la loi, de supprimer un ministère et de le remplacer par un ou deux autres.

En réponse à la déclaration du président tunisien au journal libanais Al-Akhbar, relative à son intention d’abolir le ministère de l’Intérieur et de le remplacer par deux ministères : le ministère de la Gouvernancelocale et celui de la Sûreté et de la protection des libertés, Habib Kheder affirme que cette réforme serait possible mais elle fait partie des prérogatives du Chef du gouvernement et non pas de celles du président de la République.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here