Abdelbasset Belhassen : « Les libertés en Tunisie sont encore menacées »

En réponse à une question de l’Economiste maghrébin sur la situation des droits de l’Homme en Tunisie, le président de l’Institut Arabe des Droits de l’Homme, M. Abdelbasset Belhassen, dresse un bilan peu rassurant :  « Je ne peux pas nier que depuis le Tunisien a acquis une certaine  marge de liberté grâce au militantisme de la société civile comme la liberté d’expression, la liberté de la presse et la liberté associative, même si ces acquis demeurent encore menacés ».

Selon lui,  la situation est due : « à l’absence  d’un système qui veille à la protection des droits de l’homme. Pensons à la justice transitionnelle entravée, cause de tension pour les familles des martyrs ». Autre signe aggravant le paysage sociétal : « A petits pas, on commence à oublier  la justice sociale et à dériver vers des tractations politiques, violences et autres excommunications. Tous ces facteurs empêcheront la réalisation des objectifs de la révolution ».

Revenant sur le congrès contre la violence, qui se tiendra le 18 mai,  il   déclare que : « Le traité contre la violence est très important car il va responsabiliser tous les signataires et représentera  un consensus entre toutes les composantes. De même le congrès établira un outil national efficace pour détecter les cas de violence ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here