Les agriculteurs et les cadres de la société «les vignerons de Carthage» observent un sit-in ouvert

Les membres du syndicat de base, les agriculteurs et les cadres de la Société les  «Vignerons de Carthage », observent, à partir du lundi, 08 avril 2013, un sit-in ouvert.

Ce mouvement de protestation intervient suite à la  décision de limoger le directeur des « vignerons de Carthage » et de dissoudre le conseil d’administration de ladite société, annoncée par le ministre de l’agriculture Mohamed Ben Salem, lors de la rencontre périodique avec la presse nationale pour cause de mauvaise gestion financière et administrative.

Selon un communiqué, publié lundi par le syndicat de base des agents de la société « les Vignerons de Carthage »,  relevant de l’Union régionale du travail de Tunis, les agriculteurs et les cadres de la Société veulent exprimer par ce sit-in leur mécontentement et leur refus des déclarations du ministre de l’agriculture.

Mohamed Balti, membre du syndicat de base de la société «les vignerons de Carthage » a précisé que la décision du ministère de l’agriculture de dissoudre le conseil d’administration de la société précitée et le limogeage de son directeur général est « illégale », du fait que la société « relève du secteur privé ».

Selon M. Balti, le capital de la société « les vignerons de Carthage » est détenu par les agriculteurs regroupés au sein de 9 coopératives et dont le nombre s’élève à plus de 1500 agriculteurs. La société ne reçoit, selon ses propos, aucune aide, subvention ou toute autre forme de participation de l’Etat.

Pour sa part, le conseil d’administration de la société a refusé, dans un communiqué publié lundi, les déclarations du ministre, les qualifiant de contraires à la loi, notamment après leur diffusion aux médias, sans en informer au préalable l’administration de la société.

 Selon la même source les propos relatifs à la mauvaise gestion du DG et les pertes financières subies par la société sont erronés.

Le conseil d’administration a précisé, à ce propos, que la direction générale, les cadres et les agents de la société sont parvenus à assainir la situation financière des « vignerons de Carthage » qui souffrait, depuis l’année 2002, de difficultés financières (dettes bancaires, pertes …).

Et d’ajouter, par ailleurs, que le ministère de l’agriculture ne peut pas intervenir pour fixer les salaires et avantages du DG de la société.

Cette prérogative, souligne le conseil relève de ses taches, d’autant qu’elle n’a pas fait l’objet de contestation de la part dudit ministère dans les délais impartis.

Le chargé de la communication au ministère de l’agriculture a affirmé que la décision de limoger le directeur général de la société « les vignerons de Carthage » et de dissoudre le conseil d’administration de ladite société a été prise conjointement par les ministères de l’agriculture et des finances.

Les deux départements ont entamé, à partir de 2011, une inspection de la société laquelle a révélé des dépassements administratifs et financiers, a-t-il dit, rappelant que « les vignerons de Carthage » est sous tutelle du ministère de l’agriculture.

Selon le chargé de la communication le directeur général de la société précitée fait actuellement l’objet d’une enquête judiciaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here