Buenos Aires noyée sous 2 mètres d’eau

La ville de La Plata, à 60 kilomètres de Buenos Aires, a été noyée sous deux mètres d’eau dans la nuit de mardi 3 à mercredi 4 avril, à la suite d’inondations subites qui ont causé la mort de 46 personnes.

La nuit précédente, des pluies diluviennes avaient causé la mort d’au moins huit personnes à Buenos Aires. Le gouverneur provincial a indiqué que face à la montée des eaux, qui a atteint deux mètres de haut par endroits, les gens « avaient tenté de se réfugier sur les toits et dans les arbres, mais que certains n’y étaient pas parvenus ».

Selon l’AFP, les corps sont apparus au fur et à mesure que les eaux ont commencé à baisser. Le bilan s’est rapidement aggravé mercredi après-midi, passant en moins d’une heure de 25 à 46 morts et pourrait encore s’alourdir.

Le déluge

Selon les services météorologiques, il est tombé 400 mm de pluie en deux heures mardi soir, un record pour La Plata. L’eau s’est accumulée dans les parties basses de la ville, située à une dizaine de kilomètres du Rio de la Plata, dans une région marécageuse.

Du jamais vu

A La Plata, importante ville universitaire, les écoles et les services publics ont été fermés. « Ce qui s’est passé à La Plata, c’est du jamais-vu. La moitié de la ville est sans électricité. Il y a des gens sur les toits, dans les arbres, attendant qu’on puisse aller les chercher », a déclaré le vice-ministre argentin de la Sécurité, Sergio Berni.

Les habitations précaires particulièrement touchées

À Buenos Aires, 350 000 personnes ont été touchées par les inondations survenues en pleine nuit, entre minuit et 7 heures. Un agent du métro est mort électrocuté dans une station lors d’une opération de pompage. Les habitations précaires ont été particulièrement touchées, et la tempête a également causé une série de coupures de courant, des chutes d’arbres et l’interruption de plusieurs services de transport en commun.

Urbanisation anarchique

Mercredi, la vie avait repris son cours quasi normal dans la capitale, mais des administrations déploraient des coupures de liaison internet ou du matériel endommagé. De nombreux feux de signalisation étaient en panne.

Si les inondations sont peu fréquentes à La Plata, elles sont plus habituelles à Buenos Aires et dans son agglomération de 13 millions d’habitants, où l’urbanisation le long du Rio de la Plata s’est faite en partie sur des terres inondables. En effet, les inondations de Buenos Aires et La Plata ont des origines similaires : des villes qui ont été bâties de manière irresponsable, sans prendre en compte l’hydrographie de la zone.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here