La Russie préoccupée par l’aventurisme de la Corée du Nord

Suite à la décision prise par la Corée du Nord de préparer ses missiles pour d’éventuelles frappes contre les États-Unis, Moscou a mis en garde, vendredi 30 mars, contre des « actions unilatérales qui risquent de  perdre le contrôle situation  » a déclaré le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, au cours d’une conférence de presse.

La Russie appelle tous les pays à « s’abstenir de montrer leur force militaire et à ne pas utiliser la situation actuelle pour atteindre des objectifs géopolitiques dans la région par des moyens militaires », a-t-il encore dit.

Rappelons que le  dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong-un, vient d’ordonner des préparatifs en vue de frappes de missiles visant le continent américain et les bases des États-Unis dans l’océan Pacifique, en réponse à des vols d’entraînement de bombardiers furtifs B-2 américains, dans un contexte de tensions accrues sur la péninsule coréenne.

Extrême tension

Les États-Unis avaient annoncé la veille que deux bombardiers furtifs B-2 avaient survolé la Corée du Sud au cours de sessions d’entraînement, soulignant ainsi l’engagement américain aux côtés de son allié sud-coréen en cette période de tensions. Depuis début mars et l’adoption de nouvelles sanctions par l’ONU à l’égard de la Corée du Nord après son troisième test nucléaire, Pyongyang a haussé le ton, menaçant régulièrement Séoul et Washington de « frappes stratégiques » et de « guerre totale ».

Fanfaronnade ?

Selon un expert militaire russe, la Corée du Nord multiplie les « provocations » sans avoir les moyens d’atteindre les États-Unis. « Pour le moment, la Corée de Nord ne dispose pas de lanceur qui pourrait atteindre les États-Unis ou leurs bases dans l’océan Pacifique », a déclaré l’expert sous le couvert de l’anonymat. « Les Coréens du Nord sont aussi loin de fabriquer des têtes nucléaires qui pourraient équiper un missile intercontinental balistique », a-t-il ajouté.

« Nouveaux épouvantails »

L’expert a estimé que les photos publiées vendredi par les médias nord-coréens semblent témoigner de projets d’attaque des États-Unis étaient de « nouveaux épouvantails » agités par Pyongyang. « Je ne crois pas à la possibilité de telles frappes.

 Les Nord-Coréens ont eu recours périodiquement à de telles menaces, déjà avant Kim Jong-un », a-t-il souligné. « Les déclarations de la Corée du Nord, qui relèvent de la provocation, donnent en réalité un très bon prétexte à Washington pour étendre ses capacités de défense antimissile dans la région Asie-Pacifique », a encore dit l’expert russe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here