Hospitalisation de Mandela: l’Afrique du Sud retient son souffle

Hospitalisé mercredi soir, 27 mars, pour une rechute de son infection pulmonaire dans un lieu tenu secret, l’Afrique du Sud retient son souffle dans l’attente des nouvelles du héros de tout un peuple, Nelson Mandela.

Madiba  « va bien »

Sans modifier leurs programmes, les radios et télévisions diffusaient des nouvelles rassurantes: « Le pays ne doit pas céder à la panique, Madiba va bien », a déclaré à la BBC le président Jacob Zuma jeudi soir, en utilisant le nom de clan du héros national, dont les Sud-Africains usent affectueusement. Admis à l’hôpital dans la nuit de mercredi à jeudi, le héros de la lutte contre l’apartheid a « réagi positivement au traitement », selon la présidence sud-africaine, qui n’a pas donné d’autre précision.

Respect de la vie privée

Selon l’AFP, les autorités insistent pour que les médias « respectent la vie privée » du grand homme et n’ont pas précisé dans quel établissement il a été admis, sans doute à Johannesburg – où il réside, quand il n’est pas dans son village de Qunu (sud) – ou à Pretoria, à 60 km de là, où il avait passé ses derniers séjours à l’hôpital.  Nelson Mandela avait passé 18 jours dans un hôpital de Pretoria en décembre : il y avait été soigné pour une infection pulmonaire, et des calculs biliaires lui avaient été retirés. Il a été de nouveau hospitalisé pendant 24 heures pour des examens les 10 et 11 mars.

Un mythe vivant

Président de 1994 à 1999, Mandela a passé 27 ans de sa vie en prison, pour avoir lutté contre le régime d’apartheid qui instaurait une stricte discrimination raciale en Afrique du Sud. Libéré en 1990, il est devenu quatre ans plus tard le premier président noir de son pays, après avoir obtenu en 1993 le prix Nobel de la Paix – conjointement avec le dernier président de l’apartheid Frederik de Klerk – pour avoir mené à bien les négociations vers la démocratie. Il vit désormais complètement retiré, partageant son temps entre Johannesburg et Qunu, le village de son enfance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here