France: dérapage de la dette et du déficit public

Avalanche de mauvaises nouvelles pour le gouvernement de François Hollande: le déficit public de la France n’a été ramené en 2012 que de 5,3 % à 4,8 % du produit intérieur brut, en dérapage par rapport à l’objectif du gouvernement qui visait 4,5 %.Quant à la dette publique  elle a atteint un nouveau record à 90,2 % du PIB soit 1 833,8 milliards d’euros, plus que les 89,9 % prévus par le gouvernement.

Dérapage

En réaction à ces chiffres calamiteux, le ministre des Finances, Pierre Moscovici, affirme, vendredi 29 mars, que ces dérapages sont le résultat de « la recapitalisation de Dexia, du budget rectificatif européen et d’une croissance économique plus faible que prévu. S’il n’y avait pas eu les mesures correctrices, celles que nous avons prises cet été, avec une croissance nulle en 2012, le déficit aurait été supérieur à 5,5% du PIB », a assure M. Moscovici.

Mea Culpa

Le gouvernement a reconnu qu’il ne parviendrait pas à réduire le déficit à 3 % du PIB fin 2013, en raison d’une croissance économique plate et plaide auprès de la Commission européenne pour obtenir un délai d’un an pour y parvenir.

Selon l’AFP, le commissaire aux affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, ne sera pas hostile à un tel délai, à condition que le déficit soit ramené nettement sous les 3 % fin 2014. La nouvelle trajectoire des finances publiques pour les prochaines années sera dévoilée dans les prochaines semaines par le gouvernement dans le cadre de son programme de stabilité.

Dette et déficit public incontrôlables

La Commission européenne prévoit que le déficit de la France atteindra 3,7 % du PIB fin 2013 puis 3,9 % fin 2014 si aucune nouvelle mesure n’est prise. La dette atteindrait selon elle 93,4 % du PIB fin 2013 et 95 % fin 2014, toujours à législation inchangée. Le déficit public, qui agrège les comptes de l’Etat, des collectivités locales et des administrations de sécurité sociale, s’était établi à 5,3 % du PIB en 2011.

L’an dernier, le taux de prélèvements obligatoires a augmenté de 1,2 point à 44,9 % du PIB, sous l’effet de la hausse des impôts (+ 5,3 %). Les dépenses ont progressé de 2,9 %, après + 2,1 % en 2011 et les recettes ont augmenté de 3,9 %, après + 5,7 % en 2011.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here