Djerba se noie sous les ordures et les autorités font la sourde oreille

© www.djerba-actualites.com

« A l’approche de la haute saison touristique, on a beau espérer que notre belle île revête ses plus beaux atours, pour accueillir, comme à l’accoutumé, les fidèles qui s’y donnent rendez-vous chaque été, mais hélas, notre île est, cette année, défigurée par des tonnes d’ordures lâchées chaque jour dans la nature, au milieu de l’immobilisme total des autorités ». Tel est le cri du cœur lancé par un habitant de l’Ile des rêves, où le problème du traitement des déchets s’est transformé en un vrai cauchemar qui perdure depuis la fermeture de la seule décharge contrôlée de Guellala, qui recueillait tous les déchets de l’île.

A Djerba, qui a toujours charmé les touristes par ses paysages paradisiaques, le spectacle est, aujourd’hui, pour le moins, affligeant… Des immondices qui ont envahi les rues, les plages, les trottoirs, les ruelles, les quartiers… Des odeurs nauséabondes qui se dégagent à longueur de journée et des responsables qui font la sourde oreille aux cris d’alarme lancés par les habitants de l’île… La situation est d’autant plus préoccupante que la municipalité a fini par annuler ses tournées quotidiennes dans les divers quartiers de l’île, laissant s’amonceler des montagnes de déchets à l’entrée même de la zone touristique.

Les habitants des localités de Guellala et Ouersighen, qui étaient à l’origine de la fermeture de la décharge de Guellala, campent toujours sur leur position, en interdisant la réouverture de la décharge et les autorités ne semblent pas trop pressées de trouver une autre solution. « Notre île étouffe. Il nous faut trouver une solution », lance le propriétaire d’un café,  tout prés duquel des amoncellements d’ordures ont vraisemblablement élu domicile.

« Une solution urgente nous est nécessaire, la situation est d’autant plus grave que les ordures abandonnées par la municipalité sont brulées de nuit, couvrant les quartiers d’épaisses fumées toxiques et générant tout genre de maladies », lance un autre habitant de la ville. « La priorité n’est plus pour nous les touristes, mais c’est plutôt notre survie et notre santé qui sont aujourd’hui menacées par ces ordures qui constituent une véritable catastrophe écologique et sanitaire », poursuit-il.

Des cris qui peinent à rencontrer un écho favorable auprès des autorités, dont les priorités semblent toutes autres… et que les tonnes d’ordures qui envahissent toute la Tunisie ne semblent pas du tout gêner.

2 Commentaires

  1. L’article sur Djerba et sa problématique de dechets est la réalité, j’ai moi même écris au ministère tunisien de l’environnement en y joignant des photos mais personne ne réagit a ce fléau qui sera bientôt source de maladies pour la population. Pensons a cela, merci d’avoir rédige cet article

  2. De retour de vacances à Midoune, je n’ai jamais vu ça de ma vie. Même les enfants ont été choqués. Comment les autorités tunisiennes peuvent-elles ne pas réagir devant autant de déchets. C’est sûr les touristes ne viendront bientôt plus à Djerba si rien ne change. Pour ma part, la prochaine fois je choisirai une autre destination.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here