Former : la clé pour accéder au marché chinois

©tunisiefocus.com

Au CEPEX, le 26 mars 2013,  s’est tenue une réunion d’information sur la préparation de deux missions de prospection sur le marché chinois, organisée par Classe export en partenariat avec ERAI Chine. Pour sûr, la Chine continue à fasciner…

Clin d’ œil sur la conjoncture de l’Empire du Milieu

La Chine connaît une croissance économique  fulgurante depuis les années 1980. En 2011, selon les chiffres fournis par l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), les importations ont atteint 1.979.939 millions USD et les exportations 2.080.647 millions USD. La Chine est notamment le deuxième marché mondial des produits de luxe du monde. Trois secteurs à fort potentiel existent en Chine, à savoir le marché agroalimentaire : en effet, le changement du mode de vie et l’augmentation des revenus ont permis la prolifération des super et hyper marchés et ainsi la multiplication des points de  vente.

 2° secteur important : le textile : la consommation du prêt- à -porter chinois atteint les 84 milliards d’euros et la croissance se poursuivra à 97 milliards d’euros jusqu’à fin 2014. L’industrie textile chinoise  croît de 10% depuis  10 ans.

Quant au 3° secteur, l’industrie automobile, elle se développe rapidement : la Chine est le premier marché mondial de l’automobile depuis 2010 et le premier investisseur mondial dans les énergies renouvelables. Le pays réalise notamment 80% de son autosuffisance en gaz et chimie.

Implantation faible tunisienne en Chine, pourquoi ?

Il semble que le manque d’implantation tunisienne en Chine soit imputable à un manque de communication. Les Tunisiens ne connaissent pas bien la Chine et les Chinois ne connaissent pas bien la Tunisie. Directrice Générale de Carthage Olive Oil et  vice-présidente de l’Association d’amitié Tunisie- Chine,  Dhouha Mizouni-Chtourou  insiste sur le fait qu’il faut faire connaître le potentiel chinois en Tunisie. Cette démarche s’inscrit sur le moyen terme. A court terme,  il faudrait inciter les Tunisiens à participer à des salons en Chine comme le SIAL (un salon important d’agroalimentaire)  où les stands coûtent beaucoup moins cher qu’ en Europe.

Les Chinois sont des mordus de l’innovation, donc attention aux produits présentés qui doivent répondre aux normes de la qualité surtout que, pour l’huile d’olive par exemple,  la concurrence est rude pour conquérir le marché chinois en présence de géants comme l’Espagne et l’Italie et qui sont bien plus  rodés en marketing.

Les Tunisiens ont tout intérêt à foncer et « à ne pas  avoir peur » de s’implanter sur le marché chinois et surtout de se faireune idée sur leur culture.

Redresser le commerce extérieur : Comment séduire la Chine ?

Selon Mme. Yingying GIRED-REY,  conseillère en développement international chez Entreprise Rhône-Alpes International (ERAI), il existe un fort potentiel d’importation des produits agroalimentaires en Chine, vu que les Chinois sont plutôt à cheval sur la qualité des aliments qu’ils consomment. Cette vigilance  s’explique par les différents  scandales dans l’industrie agroalimentaire chinoise comme le scandale du lait frelaté. Aussi, la politique de l’enfant unique que la Chine a  adoptée fait que les parents sont prêts à payer cher pour que leur enfant mange un produit ‘’sûr’’ même si le produit est coûteux : vendre cher en Chine est synonyme de qualité.

Cependant, le manque d’information sur le produit peut conduire à ce qu’il finisse sur les étagères d’un supermarché et que personne n’y prête attention, donc  il faut expliquer le produit (sa traçabilité, ses qualités organoleptiques)  et relater son histoire( celle de l’entreprise également) : En somme ne pas vendre le produit mais son histoire.

Comment procéder ? Former les acheteurs et les importateurs sur la manière de consommer le produit. : « En chine, on ne sait pas que l’huile d’olive se consomme avec du pain, par exemple. Il faut le dire et montrer les différentes utilisations. Le produit devient vivant, avec des valeurs derrière ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here