Le gouvernement décide le plafonnement de certains prix de base

© mosaiquefm.net

Le premier conseil ministériel du nouveau gouvernement réuni, vendredi  22 mars à la Kabah, sous la présidence d’Ali Laârayedh, a examiné le dossier de la maîtrise des prix et pris plusieurs décisions aux niveaux de la production, de l’approvisionnement, du contrôle économique et sanitaire et de la lutte contre la contrebande.

Au niveau de la production et de l’approvisionnement, le conseil a décidé d’augmenter la production des produits agricoles sensibles, de garantir l’approvisionnement des marchés en produits locaux et de recourir à l’importation, si nécessaire.

Il a été également décidé de fixer un programme visant la constitution de stocks de régulation, au titre de l’année 2013, en pommes de terre (40 mille tonnes), lait (50 millions de litres dont 12 millions de litres de stocks techniques et 38 millions de litres de stocks de régulation), œufs (60 millions d’unités), poulets de chair (2000 tonnes) et en viandes de dinde (1500 tonnes).

Les mesures décidées concernent également l’importation de 6000 tonnes de pommes de terre (3000 tonnes sont des achats fixes et 3000 tonnes d’achats optionnels). L’objectif est de couvrir les besoins en cette denrée, au cours de la saison du printemps 2013.
Il sera procédé, également, à l’importation de 9000 têtes de génisses pleines, à la concrétisation du programme d’incitation des éleveurs à l’acquisition de ces génisses, outre, l’extension du réseau des espaces de vente du producteur au consommateur dans toutes les régions, et ce, en collaboration avec les différents intervenants dans le secteur (producteurs, commerçants, associations).

Le conseil ministériel a également appelé les ministères du commerce, de l’agriculture et de l’industrie à déterminer  les prix plafond de bon nombre de produits de consommation, tels que les fruits et légumes, les viandes, les produits d’entretien et d’alimentation. Ces prix devront être annoncés dans un délai de dix jours.

Le gouvernement met l’accent sur la nécessité d’intensifier l’activité de contrôle qualitativement et quantitativement aux niveaux des frontières et des postes frontaliers. Il s’agit de faire preuve de plus de rigueur dans l’application de la loi et le traitement des cas de contrebande et des attaques contre les agents de la police et de la douane ainsi que de leurs locaux et d’opter pour la tolérance zéro face aux contrevenants.
Parmi les mesures décidées figure, selon le communiqué, le renforcement de la coordination entre les autorités locales et les autorités algériennes et libyennes pour lutter contre la contrebande.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here