La Cité des Sciences célèbre « l’or bleu »

La Cité des Sciences célèbre les 22 et l23 Mars la Journée mondiale de l’eau sous le thème  de la coopération. Des projets visant à préserver les ressources hydriques ont été présentés sous forme de posters.

Transmission des techniques agraires entre l’Andalousie et la région de Testour au XVIIe siècle

Sayari Nizar, Enseignant Chercheur à l’Institut Supérieur Agronomique de Chott Meriem « Je travaille sur un sujet de recherche qui traite de la transmission des techniques agraires entre l’Andalousie et la région de Testour au XVIIe siècle. Les Andalous, en immigrant vers la Tunisie,  ont apporté avec eux leur savoir- faire et ont créé ainsi le terroir de Testour. Ce terroir présente des similitudes avec les terroirs agraires qui se trouvent en Espagne surtout au niveau du génie de l’eau.

Ce projet consiste à retracer  les pratiques agraires des maurisques tels que les puits, les bassins d’eau  et les formes des parcelles mais aussi de les valoriser en incluant, par exemple, la visite de la ville de Testour dans un concept d’agrotourisme.

L’agriculteur  peut ainsi héberger des touristes chez lui et leur montrer les pratiques agraires ancestrales et profiter donc de cette activité économique alternative à l’agriculture. On peut également labelliser des produits spécifiques à la région tels que les grenades et l’abricot. Les labels comme l’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) ou  l’Appellation géographique peuvent avoir des retombées économiques positives pour Testour ».

Evolution urbaine de la ville de Sousse

Jatlaoui Chiheb, Architecte paysagiste : « Mon projet consiste à suivre l’évolution urbaine de la ville de Sousse depuis le Protectorat jusqu’ à nos jours. Cette évolution est marquée non seulement par des mutations du contexte socioéconomique mais aussi par celles des paysages .C’est là qu’il faut cerner la problématique de l’eau car qui dit paysage dit nécessairement eau. Un paysage urbain favorable au développement touristique d’une région est intiment lié à la gestion de l’eau. En effet, une bonne gestion passe par l’intégration des nouvelles technologies appliquées dans le traitement des eaux usées et qui nous permet par la suite d’économiser en eau potable. Le but de ce projet consiste donc plus spécifiquement à comprendre le paysage urbain pour mieux le contrôler car on remarque de plus en plus des extensions urbaines désorganisées telles que celles du quartier Sahloul de Sousse. Dans d’autres villes  comme Paris, les extensions urbaines sont bien limitées afin de contrôler le phénomène de la périurbanisation.

Quant aux investisseurs étrangers et locaux,  les municipalités sont ciblées par ce projet d’autant plus qu’il ne demande pas un capital considérable mais seulement de la volonté  surtout de la part des preneurs de décision. J’ai également proposé l’aménagement de la zone industrielle de Sousse et l’implantation d’un lac industriel. L’idée a intéressé des investisseurs étrangers mais je n’ai pas reçu de réponses de la part des investisseurs locaux ».

Valorisation du patrimoine agricole

Lataoui Walid, Ingénieur paysagiste, Enseignant  à l’Institut Supérieur  des Arts et Métiers de Sidi Bouzid : « La valorisation du patrimoine agricole tel que les vergers (oliveraies, agrumes) passe notamment  par la valorisation des systèmes d’irrigation. Le but de mon étude est d’insérer ce patrimoine dans le secteur de l’agrotourisme déjà en développement car il ne faut pas se confiner uniquement dans le tourisme balnéaire ». 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here