Vers la levée de l’embargo sur les armes pour les rebelles en Syrie

« Paris et Londres vont demander d’avancer la prochaine réunion de l’Union européenne sur l’embargo sur les armes pour la Syrie et, à défaut d’unanimité, décideront à titre national d’en livrer aux rebelles », a annoncé jeudi 14 mars, le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.

Selon l’agence AFP, la France et la Grande-Bretagne demandent « aux Européens, maintenant, de lever l’embargo pour que les résistants aient la possibilité de se défendre », a-t-il déclaré à la radio France Info.

Décision unilatérale

 À défaut de l’unanimité requise à l’Union européenne pour lever cette mesure, Paris et Londres prendront la décision de livrer des armes, car la France « est une nation souveraine », a précisé le ministre.

 Mardi, le Premier ministre britannique David Cameron avait déjà indiqué que son pays pourrait se désolidariser de l’embargo de l’UE en cours, en fournissant des armes à l’opposition syrienne, pour lutter contre le président Bachar el-Assad.

Faire bouger politiquement la situation

La prochaine réunion de l’Union européenne sur l’examen de l’embargo sur les armes à destination de la Syrie est prévue fin mai. Laurent Fabius a toutefois indiqué jeudi que Paris et Londres allaient demander que cet examen ait lieu plus tôt. « Il faut aller très vite » et « nous allons demander avec les Britanniques que la réunion soit avancée », a-t-il dit, n’excluant pas qu’elle intervienne avant fin mars. « On ne peut pas accepter qu’il y ait ce déséquilibre actuel avec d’un côté l’Iran et la Russie qui livrent des armes à Bachar et de l’autre des résistants qui ne peuvent pas se défendre », a fait valoir Laurent Fabius. « Lever l’embargo, c’est un des seuls moyens qui restent pour faire bouger politiquement la situation », a-t-il estimé. Le conflit en Syrie a fait, selon l’ONU, plus de 70 000 morts depuis son déclenchement le 15 mars 2011.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here