Libye: 51 morts intoxiqués par de l’alcool frelaté

Vague d’intoxications à l’alcool frelaté à Tripoli. En deux jours, 51 personnes sont mortes et 378 cas d’empoisonnement ont été recensés dans la capitale libyenne, selon de nouveaux chiffres du ministère de la Santé, publiés ce lundi 12 mars. Le bilan pourrait d’ailleurs empirer.

Le ministère a indiqué que 38 personnes étaient mortes dans les hôpitaux de Tripoli après avoir consommé de l’alcool frelaté contenant du méthanol. Treize autres personnes, que leurs familles ont préféré évacuer vers la Tunisie, ont également trouvé la mort au cours du trajet.

La vente et la consommation de boissons alcoolisées sont interdites en Libye, mais l’alcool de contrebande alimente le marché noir.

Décès, insuffisance rénale et cécité

Une source au sein des services de sécurité a précisé sous couvert de l’anonymat que le ministère de l’Intérieur s’apprêterait à donner l’assaut contre les trafiquants et fournisseurs. 

D’autre part, le chef du service sanitaire du Centre médical de Tripoli,  a expliqué dimanche 10 mars, que « les examens préliminaires ont dévoilé des symptômes d’intoxication à la suite de la consommation d’alcool frelaté, contenant du méthanol, un produit qui peut provoquer une insuffisance rénale, une cécité ou des crises d’épilepsie, voire le décès de la victime ». Selon lui, les personnes ayant consommé l’alcool frelaté avaient entre 19 et 50 ans.

Favorisé par la porosité des frontières, le trafic d’alcool et de drogue a significativement augmenté en Libye, après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here