Raoudha Laabidi : « Maints secrets professionnels ont été violés sur les plateaux TV, après le meurtre de Chokri Belaïd»

Le Syndicat des magistrats tunisiens a tenu une conférence de presse aujourd’hui à son siège. Raoudha Laabidi,  présidente du syndicat, s’est expliquée sur un certain nombre de points.

Instance provisoire de la magistrature dites-vous ?

Mme Abidi n’a pas caché son inquiétude sur la situation de la magistrature tunisienne, notamment avec l’avant -projet de l’instance provisoire de la magistrature : « Il est hors de question de fonder une instance provisoire pour la magistrature avant d’établir en même temps le statut des magistrats ». Et d’expliciter le véritable problème : «  Aujourd’hui on nous propose de créer l’instance provisoire à l’instar des assemblées supérieures de Ben Ali suivant la loi de 67 sans élaborer le statut des magistrats. Nous  refusons catégoriquement et nous allons la remettre en question et la boycotter sur le plan de la candidature et sur le plan de l’élection ». Le refus de toute forme de politisation de l’instance reste un souci majeur : « Il est clair que comme les membres de cette instance seront nommés par l’ANC,  l’instance sera inévitablement politisée ». Et de poursuivre : « Actuellement la magistrature tunisienne n’est pas régie par un établissement indépendant, ce qui aggrave sa situation car l’Institut supérieur de la Magistrature n’est pas encore réformé ».

 Avant-projet de la Constitution décevant

La syndicaliste dresse un bilan décevant des articles relatifs à la magistrature qui figurent dans l’avant – projet de la Constitution. Selon elle : « Le Syndicat des magistrats considère que l’avant- projet de la Constitution est une véritable déception » car « il n’a pas redonné leurs lettres de noblesse aux juges et à la magistrature puisque le ministère public est toujours assujetti au ministère de la Justice. De plus, l’outil répressif de la révocation des juges a été réactivé pour renfoncer davantage les prérogatives du ministre de la Justice ».

Une autre révélation : « Quelques députés veulent induire le peuple tunisien en erreur en déclarant que le ministère public  sera indépendant du ministère de la Justice mais il suffit de jeter un coup d’œil sur l’avant- projet en question pour se rendre compte du contraire. Ainsi la confiance du peuple tunisien en la justice sera ébranlée ».

Médias et violation des secrets d’enquête

Sans vouloir attaquer les médias, la juge-syndicaliste évoque un autre sujet, à savoir l’exhibition sur les plateaux  TV de « pseudo-héros » ou « pseudo-militants » qui s’amusent à violer les secrets professionnels des affaires en cours : « Maints secrets professionnels ont été violés sur les plateaux surtout après le meurtre de Chokri Belaïd », affirme-t-elle.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here