L’UE favorable à la limitation du bonus des banquiers

Le Parlement européen et la présidence irlandaise de l’UE ont trouvé un accord de principe dans la nuit du mercredi 27 au jeudi 28 février concernant la mise en œuvre du nouveau cadre réglementaire du secteur bancaire – Bâle III, limitant ainsi les bonus des banquiers.

Compromis

Initialement, les règles de Bâle III visent le renforcement de la capacité des banques à faire face à des crises futures. Mais les négociations se sont prolongées, car le Parlement a voulu introduire une limitation aux bonus accordés aux banquiers, qui a suscité d’importantes réticences.

Le Parlement européen voulait en effet fixer un ratio de un pour un entre la rémunération fixe et variable des cadres bancaires, ce qui signifie que la rémunération variable ne pourrait excéder la rémunération fixe. Les Etats voulaient un ratio plus élevé, laissant la possibilité de primes plus importantes.

Afin de parvenir à un accord, le Parlement a proposé un compromis selon lequel le bonus pourrait atteindre le double de la rémunération fixe à condition qu’une majorité qualifiée d’actionnaires soit d’accord.

Limiter les risques

Parmi les autres points litigieux, figurait le degré de flexibilité accordé à chaque Etat européen concernant le montant du capital additionnel qu’il pourra imposer aux banques afin de renforcer leurs fonds propres.

Le cadre réglementaire Bâle III, vise à renforcer les fonds propres des banques, de même que leurs réserves de liquidité pour limiter les risques de défaillance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here