Coopération tuniso-française en matière du développement urbain et rural

Premier partenaire économique de la Tunisie, la France essaie, autant que faire se peut, dans ce contexte de crise générale qui frappe aux quatre coins de la planète, de développer sa coopération avec son partenaire historique, la Tunisie, en soutenant sa transition économique difficile.

C’est ainsi qu’à travers l’AFD (Agence française de développement), la France s’engage à poursuivre son appui ?nancier et technique aux institutions tunisiennes, notamment en matière de développement urbain et rural.

Nouveau plan pour la réhabilitation de 119 quartiers populaires

Dans ce cadre intervient l’intervention dans la réhabilitation et l’équipement des quartiers populaires, aux côtés de l’Agence tunisienne de réhabilitation et de rénovation urbaine (ARRU) avec qui l’AFD est partenaire depuis 1992. Un nouveau programme de réhabilitation de 119 grands quartiers populaires a été préparé en 2012. Il concernera près de 500.000 personnes sur tout le territoire. Au-delà de l’installation d’infrastructures de base (eau, voiries, assainissement, éclairage…), ce nouveau programme comprend des mesures d’amélioration de l’habitat et la construction d’équipements socio-collectifs dans une optique d’intégration urbaine.

L’AFD, qui était depuis des années le seul bailleur de fonds des opérations de renouvellement urbain, a pu attirer d’autres partenaires, en premier lieu l’Union européenne. Ainsi, pour ce programme d’un montant global de 200M€, l’AFD apporte 30 M€ auxquels s’ajoutent 33 M€ offerts par l’Union européenne. Près de 1000 quartiers ont fait l’objet d’une action de l’ARRU appuyée par l’AFD depuis 1992, améliorant le quotidien d’environ deux millions d’habitants : un Tunisien sur cinq.

Financement et appui institutionnel pour le développement des transports collectifs

A ce titre, on note également le financement à hauteur de 40 M€ d’un programme d’extension et de mise à niveau des infrastructures du Métro léger (extension des lignes ouest et sud du réseau). Par ailleurs, les travaux de réhabilitation de la ligne Tunis-Goulette-Marsa (TGM sont en cours et devraient s’achever en 2014.

Outre le financement de deux premières lignes du Réseau ferré rapide du Grand -Tunis (RFR), l’AFD a octroyé un prêt de 50 M€ ; le ministère de l’Économie et des Finances est également disposé à octroyer un prêt de plus de 200 M€ pour le matériel roulant. Ce projet à forte dimension sociale desservira des banlieues défavorisées de la capitale. Le trafic de ce réseau est estimé à 350.000 passagers par jour. Les travaux sont en cours et devraient s’achever en 2018.

Protection de l’environnement et développement rural

Par ailleurs, l’AFD et la SONEDE ont conclu un partenariat à deux axes :

– Renforcement des capacités de production et d’adduction d’eau potable au niveau national avec un prêt de 40M€ signé en mai 2012,

– Financement de l’adduction d’eau potable en milieu rural, à travers un prêt de 21M€. Des travaux sont en cours pour que 50.000 Tunisiens des zones rurales disposent d’un accès individuel à l’eau potable à travers la SONEDE. Un nouveau financement de 20M€ a été engagé en 2012 pour étendre ce programme. En parallèle, l’AFD continue d’être l’un des premiers bailleurs de l’ONAS pour améliorer l’accès à un assainissement de qualité en Tunisie. En 2012, sur un volume engagé de 140M€, 48M€ ont été versés pour la réhabilitation et l’extension de réseaux d’eaux usées ainsi que pour l’assainissement de quartiers populaires et de localités rurales. En améliorant le taux de raccordement, ces actions contribuent à la santé des habitants et à la protection de l’environnement.

Le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) travaille pour sa part à la protection du capital naturel et des écosystèmes sensibles du pays, tout en impliquant les populations locales et en développant l’activité économique. Le FFEM finance la mise en place et la gestion des aires protégées marines et côtières (APMC) de Tunisie. Un nouveau financement de gestion participative des APMC sera engagé en 2013 (1M€ sous forme de don). Par ailleurs, le FFEM continue de financer un projet de développement de gestion participative du Parc Naturel de Chaâmbi, dans le gouvernorat de Kasserine. Ce projet est symbolique d’une nouvelle approche alliant conservation de la biodiversité et développement socioéconomique des populations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here